Dans un post sur sa page Facebook, l’ancien président du Conseil économique et social (CES), Louis-Gaston Mayila, réagissant aux invectives dont il a été victime après une sortie médiatique sur sa proposition de sortie de crise, assure ne rien regretter. Il a asséné à l’endroit des «Résistants» que «le Trocadéro n’est pas le Rond-point de la Démocratie».

Les Résistants du Trocadéro dénonçant «le vole de la victoire» de Jean Ping à l’élection présidentielle de 2016. © D.R.

 

Me Louis Gaston Mayila, le président de l’Union pour la nouvelle République (Archive). © D.R

«Je persiste, je signe, le Trocadero n’est pas le rond point de la Démocratie. La France n’est pas un Gabon de substitution, les Etats-Unis d’Amérique non plus ne sont pas un Gabon de substitution», telle est l’amorce d’un  post à travers lequel le président de l’Union pour la Nouvelle République (UPNR), revient sur le bien-fondé de sa proposition de «réconciliation nationale» comme planche du salut pour la sortie de crise.

Face aux critiques et aux injures essuyées quant à sa proposition de sortie de crise au Gabon, Louis Gaston Mayila «prophétise» que «le Gabon ne s’en sortira pas sans la Réconciliation nationale». «C’est ici le lieu de remercier tous ceux qui m’insultent tout simplement parce qu’ils savent que j’ai raison. Moi je parle au peuple Gabonais, je parle avec le peuple Gabonais, je ne me fais pas passer pour le peuple Gabonais», dit-il, un brin ironique.

Certainement peu compris ou pas du tout, à cause de ses prises de position parfois déconcertantes, Me Mayila est convaincu que «les aspirations au changement du peuple Gabonais ne peuvent aboutir que par la Réconciliation nationale». Il fait remarquer que «ni les armes, ni les insultes, ni les agressions physiques et verbales, ni la prison n’amèneront le Gabon sur la voie de son salut, de son développement, pour prendre sa place parmi les Nations qui luttent pour survivre».

Il se défend davantage de proposer au moins quelques pistes de solutions pour aider le Gabon à sortir de la crise tant sociale, politique qu’économique qui le secoue depuis quelques années. «Ce qui me fait énormément plaisir c’est que ceux qui sont contre la Réconciliation nationale, n’ont pas le courage de proposer autre chose», a-t-il déclaré, arguant que ce sont ceux qui sont à court d’arguments, dépourvus de discours, qui veulent recourir à la violence. Or, a-t-il fustigé : «la violence n’est pas une force, c’est une faiblesse, c’est même la pire de toutes les faiblesses».

Rappelant qu’il a été l’un des soutiens de Jean Ping, le challenger d’Ali Bongo, l’ancien hiérarque du Parti démocratique gabonais (PDG) dit attendre que la «Réconciliation nationale» soit à l’ordre du jour. En ce moment, il pourra échanger avec ceux qui pourfendent cette idée en l’invectivant.