Présumé commanditaire d’une tentative d’assassinat à des fins fétichistes, le président du Conseil départemental de Tsamba-Magotsi en en détention préventive à Mouila.

Lotant Missounga, le président du Conseil départemental de Tasmba-Magotsi. © Facebook/Jonas Moulenda
Lotant Missounga, le président du Conseil départemental de Tasmba-Magotsi. © Facebook/Jonas Moulenda

 

Accusé d’être le commanditaire d’un assassinat raté sur une fillette de 2 ans, le président du Conseil départemental de Tasmba-Magotsi est sous les verrous. Si l’élu dit être victime d’une conspiration politique, l’exécutant potentiel de la basse besogne n’a cessé de le mettre en cause. La recherche de la vérité dans cette affaire se poursuit donc avec une rare célérité, les forces de l’ordre ayant décidé de ne pas laisser traîner les choses.

24 heures après son interpellation, par les éléments de la brigade de gendarmerie de Fougamou, le président du Conseil départemental, Lotant Missounga, a été transféré et placé en détention préventive à la maison d’arrêt de Mouila en attendant d’être jugé pour les faits qui lui sont reprochés.

Inculpé d’enlèvement, séquestration et tentative d’assassinat, il continue de clamer son innocence dans cette affaire qui relance le débat sur les crimes crapuleux et prélèvements d’organe à des fins fétichistes. «Il s’agit d’une cabale orchestrée par un responsable politique du terroir», a-t-il argué. Une version soutenue par certains Fougamois qui établissent le lien avec une prétendue menace proférée 3 semaines plus tôt par un homme politique natif de la zone, au motif que le présumé commanditaire n’est pas assez obséquieux.

Présenté comme le ravisseur, un certain Vigil Kombey, la cinquantaine révolue, aurait enlevé la fillette à l’insu des parents, avant de l’entraîner dans la forêt où il l’aurait retenue en captivité. Les enquêtes menées aussitôt après ont permis de retrouver la gamine saine et sauve. Durant son interrogatoire, le kidnappeur aurait cité Lotant Missounga comme commanditaire. Compte tenu de la gravité des faits, les 2 hommes ont été placés sous mandat de dépôt, en attendant leur jugement.

A Fougamou, les questions fusent en rapport avec le déroulement des évènements et les mobiles de l’arrestation de Lotant Missounga. On se demande en effet pourquoi avoir attendu toute une journée pour tuer la fillette, si tant il en était question pour lui prélever des organes ? Comment des collecteurs de vin de palme qui n’étaient pas à la recherche de la fillette kidnappée l’ont-ils si facilement trouvé ? Avait-elle véritablement été cachée ? Pourquoi le principal accusateur, Vigil Kombey, est-il si vite passé aux aveux ? Selon toute vraisemblance, la piste d’une machination des adversaires politiques du président du Conseil départemental n’est pas à écarter d’un simple revers de la main, de nombreux détails laissant penser à une mise en scène machiavélique.