Le Premier ministre pourrait bientôt être amené à s’expliquer devant le Sénat sur l’élaboration du Projet de loi de finances 2019. Lucie Milebou-Mboussou et ses collègues n’y voient pas totalement clair.

La présidente du Sénat et ses collègues ont exprimé, le 27 décembre, à Noël Nelson Messone leur volonté d’entendre le Premier ministre sur l’élaboration du PLF 2019. © Sénat-Gabon

 

Adopté le 15 octobre par le Conseil des ministres, le Projet de loi de finances de l’année 2019 se chiffre à 2 806,9 milliards de francs CFA, en baisse de 3,8 % par rapport la Loi de finances rectificative 2018 établie à 2 918, 5 milliards de francs CFA. Ces dernières semaines, le balai des ministres n’a pas cessé au Sénat. Chacun y est allé pour défendre le budget alloué à son département ministériel. Sauf qu’au terme des auditions, les parlementaires disent être restés sur leur faim. Ils souhaitent en savoir plus, notamment sur l’élaboration de cette loi de finances.

Jeudi 27 décembre, lors de l’ultime réunion du Bureau et de la Conférence des présidents de la deuxième session ordinaire de l’année 2018, Lucie Milebou-Mboussou n’a pas manqué d’exprimer au ministre des Relations avec les institutions, Noël Nelson Messone, qui prenait part aux travaux, son souhait de discuter du PLF 2019 avec son patron, Emmanuel Issoze Ngondet. La présidente du Sénat et ses collègues ont, en effet, évoqué quelques zones d’ombre dans l’élaboration dudit projet.

Les sénateurs membres de la Commission des finances, du budget et des comptes économiques de la Nation ont dit avoir besoin d’«éclaircissements supplémentaires» sur la question. Aussi, le Senat annonce-t-il qu’«une rencontre avec le Premier ministre, chef du gouvernement, pourrait d’ailleurs avoir lieu incessamment». Celle-ci, si elle a lieu, devrait se faire avant la démission d’Emmanuel Issoze Ngondet.