Le projet de budget de l’Etat gabonais pour l’exercice 2018 a été adopté, le 12 octobre 2017, à l’issue du Conseil des ministres et se chiffre à 2.688.800.000.000 de francs CFA.

Projet de Loi de Finances 2018 se chiffre à 2.688.800.000.000 de francs CFA. © D.R.

 

La grande annonce du Conseil des ministres du 12 octobre, c’est sans doute le projet de budget pour l’exercice 2018. Selon les chiffres rendus publics, il s’équilibre en ressources et en charges à 2.688.800.000.000 (Deux mille six cent quatre-vingt-huit milliards huit cent millions) de francs CFA. Soit une baisse de 171.200.000.000 (Cent soixante-onze milliards deux cent millions) de francs CFA par rapport à 2017.

Selon le Conseil des ministres, les orientations de ce budget s’inscrivent dans le cadre du Plan de relance de l’Economie (PRE) défini par le gouvernement. Elles tiennent également compte de l’accord signé entre l’Etat gabonais et le Fonds monétaire international (FMI) en juin 2017, pour une durée de trois (3) ans.

Selon le gouvernement, sa politique budgétaire s’articulera principalement autour des axes que sont «l’effort de mobilisation des recettes fiscales et douanières», «la maîtrise et l’assainissement des dépenses publiques, notamment l’apurement de la dette intérieure et la maîtrise de la masse salariale, tout en préservant les secteurs prioritaires» et «la poursuite de la politique sociale du gouvernement».

Pour le Conseil des ministres, «les recettes devraient s’améliorer par l’effet du renforcement des opérations de mobilisation des recettes fiscales et douanières». Les recettes budgétaires attendues seraient de 1.842.600.000.000 (Mille huit cent quarante- deux milliards six cent millions) de francs CFA, soit une augmentation de 128.000.000.000 (Cent vingt-huit milliards) de francs CFA.

Les ressources de financement et de trésorerie se situeraient, quant à elles, à 846.200.000.000 (Huit cent quarante-six milliards deux cent millions) de francs CFA contre 1.145.400.000.000 (Mille cent quarante-cinq milliards quatre cent millions) de francs CFA en 2017.

Les dépenses seraient plafonnées à 2.032.700.000.000 (Deux mille trente-deux milliards sept cent millions) de francs CFA, soit une hausse de 146.000.000.000 (Cent quarante-six milliards) de francs CFA. «Cette augmentation est essentiellement liée à la comptabilisation de la contrepartie des recettes affectées», a précisé le gouvernement.

Toutefois, souligne le Conseil des ministres, il conviendrait de relever des baisses de 9.900.000.000 (Neuf milliards neuf cent millions) et de 8.000.000.000 (Huit milliards) de francs CFA, respectivement sur les charges financières de la dette et sur le poste «Autres dépenses», ainsi que 200.000.000 (Deux cent millions) de francs CFA sur les dépenses de personnel.

Les dépenses d’investissement seraient de 455.400.000.000 (Quatre cent cinquante-cinq milliards quatre cent millions) de francs CFA, soit une hausse de 11.600.000.000 (onze milliards six cent millions) de francs CFA par rapport à l’exercice 2017.

Le gouvernement gabonais souligne que les dépenses d’investissement seront consacrées principalement au renforcement de la politique de développement des infrastructures et aux services sociaux de base.