Pour pallier le déficit de logements dans le pays, le ministre en charge de l’habitat table sur le partenariat public-privé. Au détour d’une visite dans les cités Alhambra, à Akanda, Josué Mbadinga estime que cette approche permettra de répondre à la demande dans ce secteur.

Le ministre d’Etat en charge de l’habitat sur le site d’Alhambra. © D.R.

 

Interpellé par les nombreuses plaintes formulées par les occupants des cités Alhambra, le ministre d’Etat en charge de l’habitat, Josué Mbadinga, a effectué récemment une visite inopinée pour constater l’étendue des dysfonctionnements sur le site.

Le ministre d’Etat en charge de l’habitat sur le site d’Alhambra. © D.R.

Absence d’eau, d’électricité ; risques d’inondations, insécurité liée notamment à l’absence de barrières ; litiges liés aux contrats d’occupation établis soit par l’administration, soit par des faussaires ; tous ces problèmes ont été répertoriés par le ministre d’Etat.

En dépit de la crise financière face à laquelle le pays est confronté, le ministre d’Etat garde bon espoir quant à la résolution des problèmes dans le secteur du logement dans le pays. L’approche du partenariat public-privé est perçue par le patron de l’habitat comme une des solutions idoines. «Des solutions sont disponibles dans le cadre du partenariat public-privé et nous nous y attelons», a-t-il laissé entendre.

Josué Mbadinga Mbadinga a enfin promis de rencontrer le Collectif des résidents des cités Alhambra, pour discuter et leur donner un certain nombre d’informations utiles sur leur situation.

Auteur : Alain Mouanda