L’écrivain gabonais, spécialiste du polar, a récemment été primé à Lyon (France) pour son roman «Les voleurs de sexe», au moment où il intègre la prestigieuse maison d’édition Plon, avec en prime, la première traduction d’une de ses œuvres en Allemagne.

Arrivé au polar «par effraction», Janis Otsiemi fracasse tout sur son passage depuis lors. © Anthony Lattier/RFI

 

Une première dans sa riche carrière d’écrivain démarrée officiellement en 2007, avec la sortie de l’essai «Guerre de succession au Gabon : les prétendants» (Edilivre). Janis Otsiemi, que beaucoup présentent comme «le maître du polar gabonais», a reçu, samedi 18 mars à la librairie-café-polar ‘‘Un Petit Noir’’ à Lyon (France), le Prix Dora Suarez de l’année pour le roman «Les voleurs de sexe», paru aux Editions Jigal, en 2015. «(Ce prix) est le premier que j’obtiens à l’étranger», a confié l’écrivain gabonais, mercredi 29 mars, dans une interview au quotidien L’Union.

Le livre pour lequel Janis Otsiemi a été primé à Lyon. © polar.jigal.com

Sept ans après son Prix du roman gabonais pour «La vie est un sale boulot» (Editions Jigal, 2009), la première distinction étrangère de l’écrivain arrive à point nommé. Celle-ci «couronne un peu les efforts que j’ai fournis depuis plusieurs années pour faire connaître mon œuvre», s’est réjoui l’auteur de «La bouche qui mange ne parle pas» (Editions Jigal, 2010). Et l’année 2017, à l’exemple de ce récent prix, s’annonce belle pour Janis Otsiemi. Son roman «African Tabloid» (Editions Jigal, 2013) sera traduit en allemand sous le titre «Libreville». Ce qui n’a pas manqué de réjouir l’écrivain, qui estime que cette traduction élargira son lectorat en Europe, «car jusque-là, j’étais plus lu en France qu’ailleurs, même si je réside à Libreville». «Des traductions dans d’autres langues sont en cours», a-t-il annoncé, avant de se réjouir d’une autre opportunité, qui lui a été offerte cette année : il intègre la maison d’édition Plon.

«Avec ‘‘Tu ne perds rien pour attendre’’, paru à Paris le 16 mars 2017, je porte sur mes épaules la nouvelle collection de Plon, ‘‘Sans Neuf’’, consacrée au polar francophone. Je suis assez fier que Plon ait pu faire confiance à un auteur africain et, de surcroît, gabonais, pour le lancement de ce label qui publiera chaque année entre quatre et cinq polars», s’est exprimé le nouvel ambassadeur du polar africain en Europe.

Janis Otsiemi est invité à Lyon dans le cadre du festival Quai du polar, qui se tient du 30 mars au 2 avril 2017. Il y présentera son dernier roman «Tu ne perds rien pour attendre».