L’envolée des cours des matières premières agricoles s’est répercutée en juillet dernier sur les prix alimentaires mondiaux, qui ont grimpé de 6% selon les chiffres de la FAO, alors que la sécheresse sévit dans les principaux pays producteurs, à savoir les États-Unis et la Russie.

Gabonreview.com - Quartier Petit-Paris à Libreville - © D.R.

Selon une annonce faite par l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture le 9 août dernier, l’indice FAO des prix des aliments s’est établi en moyenne à 213 points en juillet, en hausse de 12 points par rapport à juin, après trois mois consécutifs de baisse, mais il reste loin de son record de 238 points atteint en février 2011. +23 % pour le maïs, +19 % pour le blé, +12 % pour le sucre. Seul le prix du riz est resté stable, en juillet, face à l’envolée des cours des matières premières agricoles qui s’est répercutée sur les prix alimentaires mondiaux.

L’indice FAO du prix des céréales a atteint en moyenne 260 points, gagnant ainsi 38 points par rapport au mois de juin. Il est à 14 points de son record absolu de 274 points, atteint en avril 2008, année qui avait vu des émeutes de la faim dans différents pays à travers le monde.

«La hausse des prix sur les marchés nationaux reste cependant limitée : jusqu’à présent, les prix à l’échelle nationale n’ont pas grimpé autant que les prix internationaux», a relevé Abdolreza Abbassian, économiste à la FAO.

Ces dernières semaines, les prix des matières premières agricoles ont connu des flambées en Europe comme à la Bourse de Chicago, sous la pression d’aléas climatiques simultanés chez plusieurs grands producteurs comme les États-Unis et la Russie.

«Nous allons probablement observer une grande volatilité des prix dans les semaines et mois à venir», a poursuivi M. Abbassian. «Les choses pourraient se détériorer très rapidement, comme ce fut le cas en 2008» mais «à ce niveau, nous ne sommes pas encore dans ce scénario», a affirmé l’économiste.

Les prix du riz sont restés, en revanche, quasiment inchangés au mois de juillet, l’indice FAO s’inscrivant à 238, en hausse d’un point par rapport à juin. Mais des pluies de mousson insuffisantes en juillet en Inde devraient conduire à réviser à la baisse les prévisions de production mondiale de riz pour 2012.

Par contraste, «les prix de la viande connaissent un troisième mois consécutif de baisse, l’indice étant en recul de 3 points. La faiblesse du marché touche les quatre principaux types de viande, en particulier la viande de porc, dont les cours ont chuté de 3,6%», indique la FAO. Le recul est de l’ordre de 1% pour les viandes bovines, ovines et pour la volaille.

«Les prix des produits laitiers sont restés stables en juillet par rapport à juin, après cinq mois consécutifs de baisse, mais ils sont contrastés selon les produits. Le lait en poudre a vu ses prix monter, à l’inverse du beurre, du lait écrémé en poudre et de la caséine. Depuis le début de l’année, les prix des produits laitiers affichent une baisse de 16%, notamment le beurre (-27%)», rappelle la FAO.