Le conseiller politique porte-parole du président de la République, Alain Claude Billie Bi Nzé, serait-il devenu l’homme des situations du président Ali Bongo Ondimba ? C’est du moins ce que se demande bon nombre d’observateurs de la vie politique gabonaise.

Alain Claude Billie Bi Nzé, conseiller politique porte-parole du président de la République © D.R.

Alain Claude Billie Bi Nzé, conseiller politique porte-parole du président de la République © D.R.

Outre son traditionnel rendez-vous avec les hommes des médias pour livrer le résumé des actions menées par le chef de l’exécutif, Ali Bongo Ondimba, ou encore pour faire des annonces sur les actions futures à entreprendre par le numéro un Gabonais, auxquels s’est accoutumé la population, le porte-parole du président de la République, Alain Claude Billie Bi Nzé, vient de se voir conforter dans sa charge avec deux nouvelles casquettes.

Alain Claude Billie Bi Nzé n’est donc plus simplement conseiller politique porte-parole du palais de marbre, mais désormais également président du comité de pilotage du Corps des volontaires de l’émergence (CVE), décidé par Ali Bongo Ondimba lors de son dernier discours de vœux de nouvel an à la nation, et vice-président du comité d’organisation du prochain congrès du Parti démocratique gabonais (PDG) au côté d’un autre boulimique du travail, Pacôme Moubelet-Boubeya.

De toutes ces dernières promotions du natif de l’Ogooué Ivindo, l’une très spécialement ne trouverait pas l’assentiment d’une catégorie des Gabonais, au point qu’elle attise la controverse à Libreville. Pour certains, il est difficile de comprendre ce qui a bien pu motiver le très distingué camarade du parti au pouvoir à porter son choix sur Billié Bi Nzé, qui n’est pas membre du PDG, aux dépens des ténors de cette formation politique, à l’instar de Faustin Boukoubi, Charles Mvé, Nzouba Ndama, Ona Ondo, Rose Francine Rogombé et bien d’autres.

On se souvient encore, de la dernière participation d’Alain Claude Bilie Bi Nzé, à l’Université d’été du Parti socialiste français (PS) au compte du groupe parlementaire du Parti démocratique gabonais. Le conseiller politique porte-parole du président de la République va-t-il don intégrer le PDG ?