Dans la perspective d’une majorité à l’Assemblée nationale et dans les conseils départementaux et municipaux du pays, le tandem Union nationale (UN) et Rassemblement héritage & modernité (RHM) propose un projet commun de gouvernement pour sortir le Gabon du chaos.

Les présidents de l’UN et RHM, Zacharie Myboto et Alexandre Barro Chambrier. © D.R.

 

Si l’éventualité d’une cohabitation peut paraître utopique pour certains, pour les responsables de l’Union nationale et du Rassemblement héritage & modernité, cet horizon est possible. Pour y accéder, l’opposition affirme qu’il suffit d’obtenir une majorité des sièges à l’Assemblée nationale au terme des élections législatives du 6 octobre 2018. Par ailleurs, le contrôle du plus grand nombre des conseils départementaux et municipaux du pays donnerait une belle assise politique à une telle cohabitation. Dans la perspective d’une telle configuration, l’UN et le RHM se disent prêts à constituer un gouvernement commun, pour engager des réformes urgentes à court terme, ainsi que des programmes pluriannuels à moyen et long terme.

Selon ces deux partis, il s’agit d’ouvrir une nouvelle page de notre vie politique et passer un tournant décisif de l’histoire de notre pays. «Le pays va mal sur tous les plans, à en juger par les crises récurrentes et multisectorielles qui le secouent. Ce projet de programme vise à remettre le pays debout, c’est-à-dire à réparer les injustices instituées depuis des décennies par le système actuel ; protéger les plus faibles de notre société ; relancer l’économie afin de donner à tous un emploi et les opportunités de s’épanouir et se développer ; libérer les énergies pour ceux qui veulent entreprendre, innover et réussir dans leurs domaines d’aptitudes, notamment la jeunesse».

Ce projet, soutient le tandem, vise également à «normaliser la vie politique et moraliser la société en perte de nos valeurs culturelles ; créer un environnement apaisé, de démocratie et de liberté ; rendre les Gabonais à nouveau fiers de l’être ; renforcer l’unité nationale. Ce programme vise aussi à mieux ouvrir le Gabon sur l’Afrique et le monde dans la stricte poursuite des intérêts du Peuple gabonais».

Parmi les dossiers prioritaires à traiter par le gouvernement commun UN/RHM figurent notamment «la révision constitutionnelle, la réforme du système électorale, l’ouverture du dossier sur les violences post électorales d’août 2016, la révision des lois sur les libertés fondamentales, l’audit des finances publiques, la révision du statut général de la fonction publique, la mise en œuvre d’un programme d’urgence de réhabilitation et de construction des salles de classe».

S’agissant des réformes pluriannuelles à moyen et long termes, le projet commun de gouvernement UN-RHM propose des programmes structurels qui «seront menées dès les premiers mois et qui permettront, tout au long du quinquennat parlementaire, d’impulser une nouvelle atmosphère économique et sociale à travers le pays». Ils toucheront tous les secteurs du pays. «Ces réformes structurelles seront bien entendu complétées, développées et précisées dans le cadre de dialogues sociaux sectoriels et avec les partenaires techniques et financiers du Gabon», précisent les deux partis.