Hiérarque de l’Union nationale (UN), l’ancien Premier ministre se dit favorable à la participation de son camp, la Coalition pour la nouvelle République (CNR), aux prochaines législatives. Un avis qu’il dit «personnel».

A titre personnel, Casimir Oye Mba milite pour la participation de l’opposition aux prochaines législatives. © Gabonreview

 

C’est son avis, et celui-ci n’engage ni son parti, l’UN, ni la coalition dont sa formation politique est membre. Mais, invité mercredi 31 janvier à «L’entretien de Gabon 24», Casimir Oye Mba s’est dit convaincu de la nécessité de l’opposition proche de Jean Ping de participer aux prochaines législatives.

Pour l’ancien Premier ministre, la participation de son camp à ces élections se justifie par la nécessité de «participer à la mise en place du 2e pôle de l’architecture institutionnelle gabonais (le pouvoir législatif)» et celle de corriger les erreurs du passé.

En 2011, en effet, l’opposition avait décidé de ne pas prendre part aux législatives et avait invité les Gabonais à la soutenir dans son boycott. «Avec du recul, je me dis que nous avons fait une erreur», a reconnu plus de 6 ans après le hiérarque de l’UN qui pense que la même opposition aurait pu faire «un score plus qu’honorable».

Cependant, Casimir Oye Mba qui dit appartenir à «l’opposition au pouvoir et non à l’opposition du pouvoir», estime que son camp ne devrait pas aller «en rangs dispersés» à ces législatives. «Nous devrions y aller de manière concerté», a-t-il conseillé, assurant ne pas redouter le dispositif électoral actuel, qu’il juge pourtant peu satisfaisant.

Selon l’ancien allié de Jean Ping à la dernière présidentielle, pour l’emporter, l’opposition devra miser sur une bonne organisation et «impulser une nouvelle dynamique unitaire» comme en août 2016.