Le Mouvement de redressement national (Morena) envisage de prendre part aux prochaines élections législatives, mais sous réserve du quitus de la Coalition pour la nouvelle République (CNR).

Le Morena attend le quitus de la CNR pour les prochaines législatives. © Gabonpresse.info

 

Pour empêcher à la majorité de gouverner sans contrepoids, le Morena estime que la participation des partis politiques de l’opposition proches de Jean Ping aux prochaines législatives est nécessaire. D’autant que ces élections «auront bien lieu», que l’opposition les boycotte ou pas, a tenu à rappeler le week-end écoulé Thierry Ondo Assoumou, le président de cette formation politique membre de la CNR.

«Le Morena ne peut laisser à ce pouvoir l’opportunité de disposer à nouveau du plein contrôle des institutions parlementaires», a prévenu Thierry Ondo Assoumou, annonçant l’intention de son parti de prendre part aux législatives prévues pour le mois d’avril prochain. Mais si ce parti dit savoir «l’importance» des institutions parlementaires, le parti entend toutefois se plier à la décision de la conférence des présidents de la CNR avant de désigner ses propres candidats.

D’ores et déjà, ceux qui n’ont pas cessé de se réclamer de Simon Oyono Aba’a, fondateur en 1976 du Morena, assurent que leur participation aux prochaines législatives se fera «au nom supérieur de la Nation».