Pour les prochaines législatives, les jeunes des quartiers sous intégrés de Libreville entendent faire le tri entre les candidats, écarter ceux dont ils ne souhaitent plus être les «victimes».

Les jeunes du Mapane, lors du «bouillon politique» du 1er juillet 2018 à Libreville. © Facebook

 

Après avoir joué un rôle plus ou moins important dans la réélection d’Ali Bongo en août 2016, les jeunes du Mapane devraient à nouveau marquer les prochaines législatives. «Conscient plus que jamais, le Mapane ne se laissera plus abuser par les vendeurs d’illusions qui ont vendu aux populations des images fantasmagoriques, en échange de leurs voix depuis la nuit de temps», prévient ce lundi 2 juillet Gaël Koumba Ayouné sur sa page Facebook.

La veille, le président du Rassemblement des jeunes patriotes gabonais (RJPG, Armée du Mapane) et ses compagnons ont organisé à Libreville un «bouillon politique», en prélude à la tenue prochaine des «états généraux du Mapane». Au cours de ce rassemblement, décision a été prise de faire le tri entre les différents candidats sollicitant leurs suffrages. Cette fois, bien plus que les distributions habituelles de billets de banque et les dons de diverses natures, les jeunes des quartiers sous intégrés de Libreville entendent scruter les programmes des candidats à la députation. Aux députés sortants, le Général des Mapanes et les siens annoncent un traitement particulier, à la hauteur de leur bilan.

«Le député qui n’aura aucun bilan élogieux durant son précédent mandat, ne sera plus autorisé à rentrer une seconde fois dans le Mapane. Nous y veillerons, car nous allons faire le tour des Mapanes afin de véhiculer le message, donner des consignes, et le mettre en exécution», prévient Gaël Koumba Ayouné.

«Nous avons demandé aux différents vétérans de veiller à ce que cette fois-ci le Mapane soit gagnant dans ce grand rendez-vous qui a lieu chaque cinq ans selon notre Constitution», indique le président du RJPG. Ça promet !