Embarqué dans une caravane de conscientisation citoyenne, le jeune avocat et membre des Upégistes solidaires, recommande un renouvellement de l’élite politique et une coalition de l’opposition pour les prochaines élections.

Anges Kevin Nzigou pour transmission politique intergénérationnelle. © D.R.

 

Actuellement en tournée à travers le pays, le jeune opposant qui milite pour la création des comités citoyens pour sortir le pays de l’enlisement socio-politique et économique, accentuée après l’élection présidentielle d’août 2016, a préconisé la prise en main du destin politique du pays par les jeunes.

A Moulengui Binza, dans le département de Mongo (Nyanga), Anges Kevin Nzigou a suggéré à l’opposition de se regrouper pour mieux préparer les futures échéances électorales. «Si nous nous structurons entre nous, nous formons un seul groupe on sera plus solide. Mais cette solidité sera éphémère, car si on estime que la structure que nous allons créer est identique à celle du Parti démocratique gabonais (PDG), on aura rien gagné. Nous devons commencer par renouveler les choses», a-t-il proposé.

Un avis qui procède d’un constat, celui de l’exercice bridé de la citoyenneté, marqué par l’irrespect des mécanismes de démocratie. «On est dans un pays où on a transformé les citoyens en esclaves politiques. Nous sommes devenus les esclaves des Bongo. On organise les élections, ils trichent, on s’assoit et rien ne se passe. Ils font ce qu’ils veulent. Finalement, ils nous prennent pour du bétail. Je suis pour des accords entre partis politiques de l’opposition », a-t-il envisagé.

Pour lui, la crise multiforme que traverse le pays nécessite une implication des populations touchées au premier chef par les difficultés inhérentes à la mauvaise gestion. Anges Kevin Nzigou appelle les populations à renouveler leurs représentants dans les sphères du pouvoir.

Auteur : Alain Mouanda