Depuis le début de l’opération d’enrôlement, le ministre du Pétrole et des Hydrocarbures fait l’objet d’accusations à Port-Gentil, où certains le soupçonnent de motiver les futurs électeurs de sa circonscription avec des sommes d’argent.

Des futurs électeurs à la mairie du 1er arrondissement de Port-Gentil, le 20 juin 2018. © D.R.

 

La forte mobilisation enregistrée depuis le début de l’opération d’enrôlement au premier arrondissement de la commune de Port-Gentil n’est pas très bien perçue. Dans le chef-lieu de la province de l’Ogooué-Maritime, certains soupçonnent des «manipulations» qu’ils attribuent au potentiel candidat de cette circonscription lors des prochaines législatives : Pascal Houangni Ambouroue. L’actuel ministre du Pétrole et des Hydrocarbures, membre du bureau politique du Parti démocratique gabonais (PDG) au premier arrondissement de Port-Gentil, est accusé, en effet, de monnayer les inscriptions de ses futurs électeurs sur les listes électorales de sa circonscription. Pour ses proches et sympathisants, ces accusations ne passent pas.

L’ONG Tendance Avenir a exprimé jeudi 21 juin son «indignation devant la cabale» menée contre son président. L’organisation y voit un «aveu d’impuissance» et d’«incapacité» des détracteurs du ministre «à susciter de l’espoir auprès des populations, craignant ainsi d’être à la remorque de la nouvelle vague de la régénération et de la revitalisation, mieux, du pragmatisme politique souhaité par les plus hautes autorités».

Si l’ONG s’est refusée de citer des noms, préférant indexer «certains leaders de la ville» et «ceux qui sont censés incarner l’élite politique de la province», il n’est pas difficile de comprendre que sa charge vise d’autres «camarades», cadres du PDG, y compris dans la même circonscription électorale.

Pour Tendance Avenir, les soupçons pesant contre Pascal Houangni Ambouroue dans la capitale économique, relayés par les réseaux sociaux, visent un but précis : «minimiser l’adhésion populaire» favorable à son président qui devrait être investi par son parti pour les prochaines législatives. Une adhésion qui, selon l’ONG, «se justifie par ses innombrables actions sociales à l’endroit des populations et de la ville de Port-Gentil».

Semblant peu touché par les accusations à son encontre, Pascal Houangni Ambouroue a récemment commenté, sur Facebook, un post de l’ONG : «Que les jaloux continuent leurs politiques de sape. Ils seront encore plus nombreux pour soutenir le programme de l’Egalité des chances.»