La candidate officiellement investie pour les législatives dans la 10e circonscription consacrée aux Français de l’Etranger (Afrique et Moyen-Orient) par le mouvement «La République En Marche», Amal Amélia Lakrafi, a échangé le 10 juin 2017, à Libreville, avec ses compatriotes établis au Gabon dans le cadre de l’entre-deux-tours.

Amal Amélia Lakrafi échangeant avec ses compatriotes du Gabon dans le cadre de l’entre-deux-tours, le 10 juin 2017 à Libreville. © Gabonreview

 

Arrivée en tête lors du premier tour tenu les 3 et 4 juin 2017, Amal Amélia Lakrafi a fait un score remarquable de 60,08% contre le député Les Républicains (LR), Alain Marsaud (18,89%), député sortant de la 10e circonscription. Pour l’entre-deux-tours, elle s’est rendue à Libreville pour échanger avec ses compatriotes sur leurs préoccupations. Des préoccupations axées principalement sur les questions d’éducation, de santé, d’environnement, de sécurité, mais également de prise en compte des binationaux dans les différentes décisions.

Du patronat aux simples citoyens, Amélia Lakrafi a eu des échanges présentés comme «fructueux» par les Français du Gabon qui espèrent déjà qu’elle mettra un terme à l’immobilisme dont ils ont été victimes durant la dernière législature. Le problème de l’éducation a été particulièrement discuté, d’autant plus que les écoles conventionnées ne bénéficient plus des financements de l’Etat.

© Gabonreview

Amélia Lakrafi a également rencontré le directeur régional d’Ernst & Young, Eric Watremez, le président de la Confédération patronale gabonaise (CPG), Alain Bâ Oumar, le directeur de l’Agence française de développement (AFD), Yves Picard ou encore le représentant du Commerce extérieur français, Didier Lespinas. Elle a évoqué avec ces personnalités des questions liées au climat des affaires, la fluidité des échanges commerciaux entre la France et le Gabon, la fiscalité, l’entrepreneuriat, la formation ou encore aux projets environnementaux.

Ces échanges se sont poursuivis avec les responsables de plusieurs organisations, telles que l’association solidarité des Français du Gabon (ASFG), l’association des familles franco-gabonaises (AFFG), le représentant des Ecoles publiques conventionnées (EPC).

La candidate du parti d’Emmanuel Macron a rassuré tout ce beau monde sur sa volonté de dessiner, avec eux, les contours d’une nouvelle relation, si son élection se confirmait.

Avant de terminer cette journée marathon, en amatrice de sport, elle a assisté à la finale du championnat du Gabon de rugby au stade de l’amitié. Une finale opposant le RC Libreville au Club Port-Gentillais.

© Gabonreview

39 ans, Amal Amélia Lakrafi est la fille d’un artisan tailleur et d’une mère femme au foyer, d’origine marocaine. Après des études supérieures d’expertise comptable, elle a occupé un poste de directeur administratif et financier dans une grande société française. En 2010, elle a cofondé et dirigé pendant 5 ans une société spécialisée dans le management de l’innovation, le financement de la recherche et l’évaluation du capital immatériel des entreprises. En 2012, elle a créé l’institut Doctorium, axé sur la promotion et l’insertion des chercheurs et doctorants dans les entreprises privées.

Officiellement investie par le mouvement la République En Marche, elle s’est engagée pour le renouveau politique initié par le nouveau président français.