Quelques 680.000 électeurs gabonais, parmi lesquels le président Ali Bongo, ont participé, le 6 octobre 2018, aux premières élections couplées consacrées aux législatives et aux locales.

Ali Bongo Ondimba mettant son bulletin dans l’urne, le 6 octobre 2018, à l’école pilote du centre où il a voté. © Gabonreview

Sous une légère pluie, des électeurs gabonais se sont rendus le 6 octobre 2018 pour accomplir leur devoir citoyen. Pour la première fois, ils participaient à des scrutins jumelés relatifs pour le renouvellement des députés à l’Assemblée nationale et l’élection des conseillers municipaux et départementaux.

Des électeurs, le 6 octobre 2018, à l’école pilote du centre (Libreville). © Gabonreview

Au centre de vote de l’Ecole publique Martine Oulabou, à l’Ecole pilote du centre où le président de la République a voté, comme dans la plupart des centres de vote des communes de Libreville, Owendo et Akanda, les opérations électorales ont débuté à 8 heures. Dans la plupart des cas, les membres des bureaux de vote étaient présents, le matériel électoral convenablement disposé. A l’extérieur des salles de vote, des agents continuaient à distribuer les cartes de vote aux retardataires.

Dans d’autres centres, comme à Akébé, l’on a relevé des retards au démarrage du scrutin dans certains bureaux de vote. «Ce sont des dysfonctionnements mineurs, vite rattrapés, qui nous ont retardé», a déclaré l’un des responsables de ces bureaux de vote.

Si la fine pluie qui a arrosé la capitale gabonaise jusqu’aux environs de midi a quelque peu gêné la mobilité des électeurs qui arrivaient en compte-gouttes, beaucoup de personnes interrogées liaient ce faible engouement, dans la mi-journée, à la pénurie de carburant qui paralyse la circulation depuis peu à Libreville. Ce qui fait craindre, un fort taux d’abstention au terme de cette élection, si cette tendance se poursuivait dans l’après-midi.

Les observateurs de l’Union africaine, à Libreville. © Gabonreview

Le président Ali Bongo a invité les Gabonais à aller voter. «Comme tout bon Gabonais, je veux être un bon citoyen. Tout ce que je souhaite c’est que tout se déroule dans de bonnes conditions. J’encourage tout le monde à venir exprimer son choix », a-t-il dit ajoutant que cela est «important pour l’avenir du pays».

Ces élections législatives et locales vont aboutir au choix des 143 députés devant siéger à l’Assemblée nationale, ainsi que les conseillers municipaux, départementaux. Ces derniers éliront les 52 Sénateurs de la Chambre haute du parlement.

Ce double scrutin s’est déroulé sous la supervision des observateurs de l’Union Africaine (UA), qui, jusqu’à la mi-journée, assuraient que tout se passait dans la sérénité. Avant ces joutes, la communauté internationale et certaines chancelleries occidentales installées à Libreville ont appelé à la tenue des élections crédibles et transparentes. Une telle issue servirait d’adjuvant pour la réconciliation des Gabonais, éloignés les uns les autres par les tensions politiques nées de la présidentielle de 2016.