En attendant la date officielle de l’organisation des prochaines législatives, le parti de René Ndemezo’o Obiang a lancé récemment les préparatifs de ces élections auxquelles il envisage de participer. DN assure susciter de la crainte chez ses futurs adversaires, et soupçonne des manipulations dans la crise qu’elle nie traverser.

Siège de Démocratie nouvelle (DN) à Libreville. © Gabonreview

 

En proie à une crise interne que les responsables de ce parti de l’opposition font mine d’ignorer, Démocratie nouvelle (DN) n’a pas perdu de vue son principal objectif de l’année : les prochaines législatives. Si leur date n’a pas été arrêtée jusqu’à lors, René Ndemezo’o Obiang et les siens n’ont pas moins jugé utile de les préparer. C’est dans cette optique que s’est tenue, mardi 27 mars à Libreville, une réunion du secrétariat permanent de la formation politique.

Moments de la réunion du secrétariat permanent de DN. © D.R.

Si les travaux présidés par le Premier secrétaire visaient à «compléter les postes qui étaient à pourvoir au niveau des organes dirigeant du parti», des semaines après le dernier congrès extraordinaire, ils ont surtout été axés sur «les possibilités d’alliances avec les autres partis de l’opposition» ayant dit leur intention de prendre part aux prochaines législatives. Pour les membres du secrétariat permanent de DN, il s’est également agi de réfléchir et d’arrêter une stratégie de communication, de traiter de la question liée à la mobilisation des ressources humaines, matérielles et financières nécessaires à leur participation.

A quelques semaines, voire quelques mois des législatives, Jonathan Ndoutoume Ngome assure qu’«il n’y a aucun soubresaut qui puisse nous ébranler en ce moment». Le responsable de la communication à DN estime d’ailleurs «sans fausse modestie», que son parti «est l’une des formations politiques de l’opposition qui, aujourd’hui, fait craindre le reste du landernau politique national, notamment au niveau de l’opposition». «Nous pensons qu’il est normal que nous fassions l’objet d’attaques de certains éléments, mais qui, derrière le rideau, sont tout à fait manipulés pour ébranler notre parti», ajoute ce jeudi 29 mars sur Radio Gabon, Jonathan Ndoutoume Ngome, potentiel candidat dans la commune de Mitzic.