Boosté par la victoire d’Emmanuel Macron à la présidentielle et celle de La République en marche aux dernières législatives françaises, le président de l’Alliance pour le changement et le renouveau (ACR) entend prendre une part active aux futures législatives. Son parti a récemment lancé un appel à candidatures à l’adresse des différents bords politiques.

Bruno Ben Moubamba et l’ACR s’apprêtent pour les futures législatives. © D.R.

 

L’effet Macron ! Bruno Ben Moubamba veut croire qu’il aura un impact sur le Gabon, et que la sphère politique retrouvera un nouveau souffle, à la suite des futures législatives. Son parti, l’ACR, entend bien y prendre part et peser lors de ces élections, dont la date n’a pas encore été arrêtée par le ministère de l’Intérieur. N’empêche, le 17 juin, l’ACR a lancé à Libreville un appel à candidatures à l’adresse des différents bords politiques ainsi que des acteurs de la société civile. L’objectif de l’ACR est de présenter aux Gabonais de nouveaux visages.

«Il n’y aucune raison que dans ce pays on voit toujours les mêmes visages depuis 42 ans + 7. Ce sont toujours les mêmes qui sont au pouvoir. Ce sont toujours leurs enfants qui sont au pouvoir. C’est une génération qui se reproduit, alors que nous voulons imiter Emmanuel Macron ici au Gabon», s’est plaint Bruno Ben Moubamba, appelant à «ne pas écouter les mauvais vieux», qu’il présente comme «des sorciers politiques». En lançant son appel à candidatures pour les futures législatives et les locales, le projet de l’ACR et de son leader est de «recruter les meilleurs de tous les camps et présenter des inconnus pour renouveler la classe politique au Gabon».

Selon Bruno Ben Moubamba et les siens, si l’on n’y prend garde, au Gabon, dans quelques années, la classe politique ne sera représentée que par des personnes aussi âgées que Robert Mougabé, 90 ans, qui n’auront plus grand-chose à offrir aux populations et au développement du pays. L’opération lancée à Libreville devrait s’étendre à l’intérieur du pays, a annoncé le président de l’ACR, qui a assuré que son parti sera prêt le moment venu.