Très discret, en dépit de nombreuses actions posées depuis des années au profit des populations de l’Ogooué-Maritime et particulièrement celles de Port-Gentil, le mouvement dirigé par Léon Ababé aurait toutes les raisons pour jouer les trouble-fêtes lors des prochaines législatives. Mais le souhaite-t-il ?

L’homme d’affaires Léon Ababé franchira-t-il le pas des législatives de 2018 ? © Gabonreview

 

Pourquoi Léon Ababé et ses compagnons du mouvement «les Patriotes» ne prendraient-ils pas part aux législatives annoncées pour avril 2018 ? Ils pourraient jouer les trouble-fêtes lors de ces élections en se confrontant à des candidats de partis politiques plus ou moins bien implantés et représentés à Port-Gentil. Ils auraient d’ailleurs des chances de l’emporter dans certaines circonscriptions, estiment les dépités de la politique politicienne servie à souhait par certains représentants de partis politiques, à l’instar de ceux du Parti démocratique gabonais (PDG), ayant fait de la capitale économique un champ de bataille où s’expriment leurs appétits, souvent sans tenir comptes des véritables préoccupations des populations. L’organisation récente des élections internes au parti au pouvoir, aura été riche en remises de dons divers ainsi qu’en promesses plus ou moins réalistes.

Léon Ababé et ses compagnons Patriotes seraient différents. C’est en tout cas la conviction de certains dans la capitale économique. L’ancien président de la Fédération gabonaise de football (Fegafoot) serait une des seules personnalités de la commune à connaître véritablement les besoins de ses concitoyens, depuis le temps qu’il pose des actions à leur profit. Loin des considérations politiques, l’homme d’affaires œuvre ces dernières années dans le domaine social à travers son ONG Synergie.

«Il n’a pas le temps pour faire de la politique», assure un de ses proches, qui a vite oublié que l’initiateur de l’association culturelle Ngam’Ayong (pour la promotion et la sauvegarde de la culture fang) a soutenu en août 2016 la candidature d’Ali Bongo à la dernière présidentielle. Et s’il a totalement adhéré à l’idée du dialogue national tenu à Libreville de mars à mai 2017, sa seule crainte avait été que ces assises ne tiennent pas véritablement compte des préoccupations des populations sur le point de vue social.

Depuis la clôture de ces assises, rien ou peu a changé dans la qualité de vie des Gabonais, au grand dam de Léon Ababé qui était convaincu de ce qu’elles changeraient les conditions de vie de ses concitoyens. Va-t-il tenter de booster la mise en application des conclusions du dialogue citoyen en allant à l’Assemblée nationale ? Rien n’est moins sûr. Pourtant, L’Aube du lundi 4 décembre croit savoir que certains membres de son mouvement sont prêts à présenter leur candidature à la députation dans le département de Bendjè comme dans la commune de Port-Gentil. Le président de l’ONG Synergie franchira-t-il le pas ? Rien n’est dit.