Présenté comme un parent proche du candidat du Parti démocratique gabonais (PDG) au 3e siège du département de la Lolo-Bouenguidi, Thierry Bouyong Edima est contesté par l’opposition. La récusation du président de la commission électorale de ce département a été sollicitée auprès de la Cour constitutionnelle par Jérémie Mikombo, candidat du parti Les Démocrates dans le même siège.

Jérémie Mikombo, candidat (Les Démocrates) au 3e siège du département de la Lolo-Bouenguidi (Koulamoutou). © D.R.

 

De Thierry Bouyong Edima à la tête de la commission électorale dans le département de la Lolo-Bouenguidi à Koulamoutou, Jérémie Mikombo n’en veut pas. Le candidat du parti Les Démocrates de Guy Nzouba Ndama a d’ailleurs tenu à le faire savoir ce mercredi 29 août à Marie-Madeleine Mborantsuo, le président de la Cour constitutionnelle. Candidat au 3e siège du département de la Lolo-Bouenguidi, il lui demande la récusation du président de la commission électorale de ce département. Il croit ses chances réduites si ce président venait à être maintenu à son poste.

La cause de sa crainte, l’opposant la justifie par le fait que le président de la commission électorale «est le fils biologique du grand frère» de son principal adversaire, Barnabé Indoumou, candidat du PDG dans le siège qu’il brigue. Mieux, le Démocrate précise que Thierry Bouyong Edima a été élevé par son adversaire. Aussi pense-t-il que «cette filiation incontestable et officiellement reconnue n’est pas de nature à témoigner de l’impartialité dans le management des élections législatives et locales du 6 octobre 2018» dans leur département.

Pour tenter de préserver ses chances intactes, Jérémie Mikombo invite la Cour constitutionnelle à «se conformer à l’esprit de l’article 22a de la loi N°7/96 modifiée qui définit les restrictions imposées à la nomination des présidents de commissions électorales pour garantir leur neutralité et impartialité dans l’exercice de leur fonction».

A Lambaréné, récemment, Paul Marie Gondjout, cadre de l’Union nationale (UN), avait fait la même requête en vue de la récusation du président de la commission électorale du 1er arrondissement de la commune, Barthélémy Ngoulakia, présenté comme un «collaborateur direct» de la ministre-candidate (PDG) Madeleine Berre. Il est le secrétaire général du ministre de la Promotion des investissements privés, dirigé par la candidate du PDG. On n’est pas loin d’enregistrer des requêtes du même genre dans les jours qui viennent.