Le Parti démocratique gabonais (PDG) a fait marche-arrière sur le choix d’Eliane Frida Mindoungani pour la députation au 6e arrondissement de Libreville. Elle a été remplacée par Placide Nzoghé.

En définitive, le CLR n’a pas accepté de se faire ravir un potentiel député par le parti du Distingué Camarade, Ali Bongo Ondimba. © D.R.

 

Vraisemblablement, le coup de gueule du président du Cercle des Libéraux réformateurs (CLR), Jean-Boniface Assélé, a fait plier le PDG. Dans la phase de sélection des candidats des partis pour les prochaines élections législatives, le PDG avait jugé opportun de jeter son dévolu sur l’un des poulains de Jean-Boniface Assélé.

Eliane Frida Mindoungani avait été investie par le parti au pouvoir pour défendre ses couleurs au 6e arrondissement de Libreville. Or, cette dernière n’avait jamais démissionné de son parti. Cette démarche cavalière a suscité la colère du CLR et des aigreurs au sein de la Majorité républicaine et sociale pour l’émergence (MRSE).

A la date butoir de dépôt des candidatures pour les scrutins couplés des législatives et des locales du 6 octobre prochain, le PDG a remplacé Eliane Frida Mindoungani par Placide Nzoghé.

En définitive, les pourparlers entre les partis de la majorité pour s’entendre sur des candidatures communes, auxquels faisaient allusion le Secrétaire général du PDG, Eric Dodo Bouguendza, lors de sa conférence de presse du 23 août dernier, n’ont pas été concluants. Le CLR sera bel et bien opposé à d’autres partis, y compris le PDG, au 6e arrondissement.

Peu connu du paysage politique, Placide Nzoghé devra batailler âprement dans cet arrondissement où le CLR a une avance notable, pour espérer donner la victoire à sa formation politique, le 6 octobre prochain.