Francis Nkea Ndzigue, l’actuel ministre de l’Education nationale, devrait certainement faire face à l’image de l’ancien député de Bolossoville (Minvoul), Bertrand Zibi Abeghe, incarcéré depuis deux ans à la prison centrale de Libreville.

L’image de l’ancien député de Bolossoville, Bertrand Zibi Abeghe, devra certainement peser sur les législatives à Minvoul. © D.R.

 

Pourtant incarcéré depuis vingt-quatre mois à la prison centrale de Libreville, à l’issue de la présidentielle d’août 2016, Bertrand Zibi Abeghe, l’ancien député du Parti démocratique gabonais (PDG) de Minvoul (Province du Woleu-Ntem), conserve tout son aura dans son fief.

Investi par le PDG pour briguer ce siège, Francis Nkéa, l’un des avocats ayant défendu le dossier du candidat Ali Bongo devant la Cour constitutionnelle, devrait certainement affronter l’ombre de Bertrand Zibi. Selon certaines sources, les populations de Minvoul l’attendent de pied ferme, car il doit leur expliquer «ce que fait leur fils en prison».

Certains observateurs estiment que la tâche sera ardue pour le membre du gouvernement. Ce d’autant que dans l’émission Face à la Nation, le 30 août 2018, Ali Bongo avait affirmé que «personne n’est en prison au Gabon pour ses opinions politiques». Abordant les cas de Bertrand Zibi et Frédéric Massavala notamment, le chef de l’Etat avait laissé entendre qu’«il y a des compatriotes qui se retrouvent aujourd’hui en prison pour des actes de violence qu’ils ont commis et pour lesquels ils ont été déférés devant le parquet et traduits devant les juridictions qui les ont condamnés pour ces faits. Pour la violence et la destruction».

Or, Francis Nkéa avait promis le 25 mai à la population de Minvoul que la libération de l’ancien député n’était qu’une question de jours. Elle devrait en principe intervenir à la fin de la grève des magistrats. Bertrand Zibi Abeghe est toujours en prison, la campagne pour les législatives et les locales débute dans quelques jours.