A la faveur de la 38e session du Conseil des droits de l’homme de l’ONU qui se tient du 18 juin au 6 juillet à son siège à Genève (Suisse), l’Union européenne estime que les prochaines élections législatives au Gabon, «devraient contribuer à la réconciliation du peuple gabonais».

Pour l’Union européenne, les législatives devraient contribuer à la réconciliation du peuple gabonais. © Gabonreview/Shutterstock

 

«Les élections législatives au Gabon, reportées pour la troisième fois, devraient contribuer à la réconciliation du peuple gabonais, suite aux élections présidentielles contestées d’août 2016 et aux violences post-électorales qui n’ont jamais fait l’objet d’une enquête par les autorités», estime la délégation de l’UE, dans une déclaration lue, le 19 juin dernier, à la faveur de la 38e session du Conseil des droits de l’Homme de l’ONU.

Cet avis qui tend à conforter la position des pro-législatives quelque peu transfuges de la Coalition pour la nouvelle République (CNR) portée par Jean Ping, ne manquera certainement pas de relancer le débat. Notamment au tour de l’idée selon laquelle participer à ces élections serait un acte de légitimation du pouvoir d’Ali Bongo, ou encore au sujet des arguments de ceux qui estiment que les législatives sont l’occasion d’affaiblir le régime en place et continuer à défendre et revendiquer la victoire du candidat unique de l’opposition à la présidentielle d’août 2016.

Nuages sombres. «Les élections sont essentielles dans un contexte où les droits de l’homme et les libertés fondamentales restent sous pression, avec une liberté de mouvement limitée pour les citoyens gabonais et une détérioration des conditions de détention préventive, dépassant les délais légaux et contredisant les recommandations de l’examen périodique universel», affirme l’Union européenne, vers qui se sont tournés un bon moment les assoiffés de l’Alternance démocratique, réclamant des sanctions ciblées sur certaines personnalités politiques du système au pouvoir.

Au cours de cette 38e session, le Conseil des droits de l’Homme examinera et discutera avant d’approuver plus de 30 premières rédactions de résolutions sur des questions liées aux droits de l’homme dans plusieurs pays du monde.