Invité de l’émission “Décryptage” sur Gabon 24, le 25 mai, le ministre de l’Intérieur a rassuré l’opinion sur la tenue des élections législatives en 2018. Dans le même temps, Lambert Matha a affirmé que la révision de la liste électorale sera lancée sous une quinzaine de jours.

Le ministre de l’Intérieur lors de l’émission Décryptage sur Gabon 24, le 25 mai 2018 (capture d’écran). © Gabonreview

 

Déclaration encline de sérénité que celle du ministre de l’Intérieur, le 25 mai sur Gabon 24. «Je dois rassurer les Gabonaises et les Gabonais que l’élection des députés à l’Assemblée nationale aura bien lieu en 2018», a déclaré Lambert-Noël Matha. Celui-ci s’est exprimé dans le cadre de l’émission Décryptage, autour du thème «Gabon : Elections législatives, chantier n°1 du gouvernement…». A en croire le ministre, le chantier n°1 de l’actuel gouvernement est effectivement l’organisation de ces élections.

Prévues en décembre 2016, les élections législatives avaient été reportées une première fois en juillet 2017, avant d’être repoussées une nouvelle fois au 30 avril 2018, sans que l’échéance ne soit respectée. «Depuis la mise en place du gouvernement Issoze Ngondet III, celui-ci, à travers le département de l’Intérieur, s’emploie à dresser l’état des lieux du matériel électoral, réaménager le logiciel permettant l’enrôlement des électeurs du fait l’augmentation du nombre de sièges de députés», a révélé le ministre de l’Intérieur. Mais, y a-t-il de quoi rassurer les sceptiques et calmer l’ardeur des détracteurs du régime ? La question d’autant plus légitime qu’aucune date n’a filtré dans les propos du ministre de ministre.

A ce sujet, Lambert-Noël Matha a souligné que la date sera fixée par le Conseil gabonais des élections (CGE). «La détermination de la date n’est pas du ressort de l’administration, mais du CGE», a-t-il déclaré. «Il y a des opérations en amont qui sont du ressort du gouvernement, de l’administration. Et, en aval, il y a l’organisation, l’administration et la gestion des opérations électorales proprement dites, qui sont du ressort du CGE. L’un dans l’autre, ce processus nécessite quelques semaines, quelques mois», a-t-il précisé.

Le ministre de l’Intérieur a donné des indications sur la période de révision de la liste électorale qui, elle, sera lancée dans moins de deux semaines. «Et avant la fin de cette semaine, un certain nombre d’actions seront menées à travers les médias, pour appeler les populations à se préparer à la révision de la liste électorale», a-t-il révélé. L’opération permettra aux nouveaux électeurs d’aller se faire inscrire et, d’extraire les personnes décédées de la liste électorale. Elle donnera également possibilité aux électeurs ayant changé de résidence et à ceux souhaitant changer de centre de vote de pouvoir le faire.

Lambert-Noël Matha a par ailleurs évoqué le dossier Gemalto. La société française avait été choisie en juin 2012 pour mettre en place la biométrie dans le processus électoral au Gabon, ainsi que dans l’ensemble de l’état civil gabonais. Du fait de retards de paiement de la partie gabonaise, l’opération n’est jamais allée à son terme. «Je ne connais pas de pays, d’Etat, n’ayant pas de dette vis-à-vis de prestataires. Le fait que nous ayons quelques retards dans le paiement de Gemalto, n’obère en rien le processus électoral», a-t-il assuré.