Désignés le 16 avril dernier, les membres de la Commission Ad hoc chargée d’examiner les candidatures à la présidence du Conseil gabonais des élections (CGE) ont été installés le 18 avril par le ministre de l’Intérieur, Lambert Noël Matha.

Le ministre de l’Intérieur, de la Sécurité Lambert Noël Matha, le 18 avril 2018. © D.R.

 

Le ministre de l’Intérieur, Lambert Noël Matha, a procédé le 18 avril, à l’installation officielle des membres de la Commission ad hoc chargée d’examiner les candidatures à la présidence du Conseil gabonais des élections (CGE). Il a également présenté les membres du collège spécial chargé d’élire le président du Conseil gabonais des élections.

Au cours de cette cérémonie qui s’est déroulée au siège de l’ancienne Commission électorale nationale autonome et permanente (Cenap), à la Cité de la Démocratie, à laquelle participaient les membres des partis politiques de la majorité et de l’opposition, le ministre de l’Intérieur, Lambert Noël Matha a précisé le rôle des membres de cette commission ad hoc paritaire, composée de huit membres dont quatre de la majorité et quatre de l’opposition.

Les membres de la Commission Ad hoc chargée d’examiner les candidatures à la présidence du Conseil gabonais des élections et ceux du collège spécial chargé d’élire le président du CGE. © D.R.

«Vous n’appartenez plus à aucun camp politique. Il vous revient désormais d’examiner en toute impartialité, les dossiers des candidats à la présidence du Conseil gabonais des élections et de ne retenir que ceux qui remplissent les conditions d’éligibilité», a déclaré le ministre de l’Intérieur.

L’appel à candidatures pour le poste de président du Conseil gabonais des élections a été lancé, conformément à l’arrêté n°000294. La campagne de dépôt de dossier est fixée du 18 au 20 avril 2018 à 18 heures dans les locaux de la CGE. Les candidats doivent être de nationalité gabonaise, être âgé de 45 ans au moins et justifier d’une expérience d’au moins 10 ans dans la haute administration publique ou à des postes de responsabilité dans le secteur et justifier d’une expérience avérée dans les processus électoraux.

«La liste des candidats retenus fera objet, après notification aux intéressés, d’une publication au journal officiel et d’un communiqué», a indiqué le porte-parole du ministère de l’Intérieur, Jean Eric Nziengui Mangala.