Candidate aux législatives dans le 2e siège du 3e arrondissement, Germaine Ngalibali promet de se battre une fois au Palais Léon Mba pour le renforcement de la protection de la famille et de la femme face à l’injustice.

La candidate PDG aux législatives dans le 2e siège du 3e arrondissement, Germaine Ngalibali. © D.R.

 

Investie pour défendre les couleurs du Parti démocratique gabonais (PDG) dans le 2e siège du 3e arrondissement de la commune de Libreville, Germaine Ngalibali s’engage à combattre les inégalités au sein de la société gabonaise.

En cinq actions, d’une durée globale de cinq ans, elle estime pouvoir donner «une réelle chance à tous et construire ensemble un avenir meilleur, pour une société plus juste et équilibrée». La candidate du PDG entend une fois à l’hémicycle Léon Mba, plaider et obtenir le renforcement de la loi sur le conjoint vivant, afin de garantir un meilleur accompagnement aux veuves et orphelins ; initier un texte pour la reconnaissance et une garantie pour les femmes en situation de concubinage ; relancer le débat sur la reconnaissance civil et juridique du mariage coutumier.

Si Germaine Ngalibali paraît fixée sur ses priorités une fois à l’Assemblée nationale, il lui reste à convaincre son électorat pour espérer siéger au nom de la population de sa circonscription électorale. Elle devra batailler fort pour arracher plus de voix que ces adversaires politiques, entre autres, Enrique Mamboumdou Mamboumdou de l’US, Fortune Edou Essono de l’UN/RHM, Frédéric Lébondo du CLR et l’indépendant Gaël Pierrick Koumba Ayoune.