Si certains la voyaient conduire la liste d’un parti ou d’une coalition, la ministre de l’Industrie chargée de la Décennie de la Femme a décidé de se lancer sans étiquette politique à l’assaut du 2e arrondissement de la commune d’Oyem.

Estelle Ondo, lors du dépôt de sa candidature à Oyem. © D.R.

 

Estelle Ondo,remettant officiellement sa candidature à Oyem. © D.R.

Pour les prochaines législatives, il faudra compter avec Estelle Ondo. Décidée presqu’au dernier moment à la suite d’«une longue réflexion», la ministre de l’Industrie chargée de la Décennie de la femme briguera bel et bien le 2e arrondissement de la commune d’Oyem dans la province du Woleu-Ntem. Et si certains au sein de la majorité s’attendaient à la voir conduire la liste d’un parti politique précis, jointe samedi, elle a précisé à Gabonreview qu’elle participera à ces élections en tant que candidate indépendante. Plus proche de la société civile que de l’opposition ou de la majorité, la candidature de l’ancienne militante et cadre de l’Union nationale (UN) sera portée par son association «J’aime Oyem», lancée en 2017.

Pourtant, si la ministre a réaffirmé être «entrée au gouvernement en tant que membre de l’opposition», plus d’un an après, elle estime que son engament à œuvrer pour le développement du pays et pour le bien-être de ses concitoyens ne dépend désormais plus d’aucun bord politique. Elle a par ailleurs révélé qu’elle réfléchissait ces derniers mois à la possibilité de créer sa propre formation politique, plus fidèle à ses nouvelles convictions, donc ni de droite ni de gauche…plutôt au centre.

«Aujourd’hui, je me définis comme une centriste, parce que j’estime que pour construire le Gabon, nous avons besoin de toutes les forces de ce pays. Nous avons besoin de ceux du PDG, des acteurs de la société civile et des personnes issues de l’opposition pour former ce parti. Mais compte tenu de la Constitution et des délais fixés par les textes qui règlementent les élections législatives et locales, en l’état actuel des choses, je ne pouvais que partir en indépendant», s’est-elle justifiée.

Pour ce qui est de son entrée éventuelle à l’Assemblée nationale, en plus du contrôle de l’action gouvernementale, la candidate entend défendre les questions liées à l’«accès à l’eau potable, à l’énergie et à une meilleure santé pour tous», ainsi qu’à la formation et l’emploi des jeunes, particulièrement ceux de l’intérieur du pays, à l’instar des jeunes d’Oyem. Estelle Ondo tient également à porter la voix des populations de sa circonscription, qui considèrent que l’agriculture peut être un des principaux facteurs de développement du Woleu-Ntem et de la commune d’Oyem en particulier.