Dans une interview à paraître sur Gabonreview, Norbert Ngoua Mezui, candidat de Démocratie nouvelle (DN) dans le 1er siège du 2e arrondissement de la commune de Libreville explique les raisons pour lesquelles son nom apparait deux fois et avec des suppléants différents, sur la liste publiée par le Centre gabonais des élections (CGE).

Norbert Ngoua Mezui, candidat à la députation de Démocratie nouvelle au 1er siège du 2e arrondissement de la commune de Libreville. © Gabonreview

 

Sur les 951 candidatures aux prochaines législatives présentes sur la liste publiée le 5 septembre par le CGE, plusieurs posent problème, au regard de l’incompréhension qu’elles suscitent auprès du public. C’est notamment le cas de la double candidature de Norbert Ngoua Mezui au 1er siège du 2e arrondissement de la commune de Libreville. Le candidat de Démocratie nouvelle apparaît, en effet, deux fois sur cette liste, dans la même circonscription…avec deux suppléants différents : Annie Chantale Bikene-Bi-Mba et Cherry-Bell Ondzaghe.

Dans une interview à paraître sur Gabonreview, l’intéressé assure que «ce n’était qu’une erreur de gestion du dossier au niveau du CGE». «J’avais une suppléante que je pensais inscrite dans le 1er siège du 2e arrondissement de Libreville, explique-t-il. Mais nous nous sommes rendus compte que sa proximité avec un centre de vote qu’on a délocalisé fait en sorte qu’elle va désormais voter au 2e siège du même arrondissement. Nous avons estimé que ça pouvait nous causer préjudice. D’autant qu’on est éligible de voter dans la circonscription où on est électeur. J’ai donc dû changer de suppléant, en proposant un autre nom au CGE, qui s’est emmêlé les pinceaux dans la gestion du dossier.»

Si Norbert Ngoua Mezui assure que cette «erreur» a été corrigée, il n’empêche qu’elle apparaît jusqu’à ce jour sur la liste des candidatures validées par le CGE. Le candidat de DN a une explication : la deuxième suppléante choisie pour remplacer le première est, elle aussi, inscrite hors du 1er siège du 2e arrondissement de Libreville. Mieux, précise-t-il, «elle est inscrite à l’intérieur du pays». Seulement, aujourd’hui, Norbert Ngoua Mezui affirme avoir trouvé un autre suppléant : Dimitri Alexandre Oyoun, un jeune opérateur économique, habitant d’Atong-Abè.