Le secrétaire exécutif adjoint de l’Union nationale chargé des questions politiques et des élections, Paul Marie Gondjout, demande la récusation du président de la commission électorale du 1er arrondissement de la commune de Lambaréné, Barthélémy Ngoulakia. Il se fonde sur l’article 22a de la loi 7/96 modifiée.

Le secrétaire exécutif adjoint de l’Union nationale chargé des questions politiques et des élections, Paul Marie Gondjout. © D.R.

 

Dans une demande adressée, le 15 août 2018, au président du Centre gabonais des élections, avec ampliation à la présidente de la Cour constitutionnelle et au Premier ministre, le secrétaire exécutif adjoint de l’Union nationale chargé des questions politiques et des élections, Paul Marie Gondjout, sollicite la récusation du président de la commission électorale du 1er arrondissement de la commune de Lambaréné, Barthélémy Ngoulakia.

Selon le secrétaire exécutif adjoint de l’Union nationale chargé des questions politiques et des élections, l’article 22a dispose des restrictions imposées à la nomination des présidents de commissions électorales pour garantir leur neutralité dans l’exercice de cette fonction qui consiste à diriger, dans les meilleures conditions possibles, l’organisation des élections politiques dans les circonscriptions électorales pour lesquelles ils sont nommés.

Pour Paul Marie Gondjout, le président de la commission électorale du 1er arrondissement de la commune de Lambaréné, ne garantit pas la neutralité dans l’organisation des élections législatives dans la circonscription pour laquelle il a été nommé. «Secrétaire général du ministre de la Promotion des Investissements Privés, Barthélémy Ngoulakia est le collaborateur direct de Madeleine Berre, ministre dudit département et candidate au siège unique du 1er arrondissement de la commune de Lambaréné», souligne-t-il.