Près d’un an après le lancement de ses activités à Libreville, le Samu social gabonais a officiellement inauguré à Franceville son premier démembrement régional.

La façade du centre du Samu social gabonais à Franceville. © D.R.

 

Disposant de 4 ambulances, le Samu social gabonais à Franceville manque de véhicules 4×4 pour rallier les localités difficilement accessibles en ambulances. © D.R.

Le week-end écoulé, a officiellement été ouvert le centre d’accueil du Samu social gabonais à Franceville. Il s’agit d’un «Samu social régional», précise la structure, ajoutant que ce lieu accueillera et prendra en charge les habitants du Haut-Ogooué, venus des différentes localités de la province. Près d’un an après l’ouverture du centre de Libreville, Wenceslas Yaba voit dans l’ouverture de ce démembrement une façon de répondre aux attentes des populations de l’arrière pays, dont une partie des habitants éprouve des difficultés dans l’accès aux soins.

Pour le coordonnateur général du Samu social gabonais, il s’est également agi de mettre en pratique la promesse du président de la République, faite le 31 décembre 2017, d’améliorer durant l’année 2018 l’accès des Gabonais aux soins, particulièrement dans l’intérieur du pays. L’accueil et le suivi des populations au centre Franceville seront totalement gratuits, a martelé Wenceslas Yaba, non sans inviter le public à prévenir en cas de prélèvement d’argent de la part des personnels du Samu social gabonais.

Si à Franceville le Samu social gabonais est doté de quatre ambulances, son principal responsable ne cache pas que ça reste insuffisant pour couvrir tout le Haut-Ogooué. Des véhicules 4×4 sont par exemple requis pour l’accès à certaines localités de la province.

Au Gabon, l’on estime à 800 000 le nombre personnes en difficulté. La moitié, selon le coordonnateur du Samu social gabonais, est en extrême pauvreté. Le Samu social gabonais propose une prise en charge sanitaire et sociale.