Dans ses promesses de la St-Sylvestre, Ali Bongo annonçait la création d’un Fonds d’Initiatives départementales qui devait permettre la mise à niveau des localités de l’hinterland, la création d’emplois et la relance de la croissance. Le 21 avril dernier à Franceville, lors d’une cérémonie haut en couleur, il a procédé au lancement de cette opération, en présence des gouverneurs de province, des préfets et des 48 présidents de Conseil départemental. Avec l’annonce des mesures d’austérité, le scepticisme pointe le nez. Ce pari audacieux va-t-il être remis aux calendes grecques et devenir un bide retentissant ou sera-t-il maintenu et va entrer dans sa phase opérationnelle ?

Pour la seule année 2018, 36 milliards de francs CFA étaient annoncés pour le Fonds d’initiatives départementales (FID). © Gabon 2025

 

Va-t-il le faire ? Le Fonds d’Initiatives départementales (FID) va-t-il concrétiser ?  Le 31 décembre 2017, Ali Bongo martelait sa volonté de doter chacun des 48 départements du Gabon d’une somme de 1 milliard CFA devant «financer les projets de développement à la base et offrir à chaque département plus d’autonomie». Après ce discours et surtout après le lancement officiel des opérations le 21 avril 2018 à Franceville, dans le Haut-Ogooué, les départements espéraient entrer dans le concret dès la mise en place du budget 2018, compte tenu de ce que le chef de l’Etat avait soutenu devant les gouverneurs, préfets et présidents de Conseil départemental présents à cette cérémonie. Il indiquait alors que le FID serait financé par le budget de l’Etat, compte tenu de l’ampleur de la paupérisation et la désagrégation des localités de l’intérieur du Gabon. Les départements, les communes des petites villes, les cantons et les regroupements de village font, en effet, face à des difficultés inimaginables. Alors, lorsque le chef de l’Etat annonce la création du FID dotant chacun des 48 départements d’un pactole de 1 milliard de francs CFA, c’est une véritable bouée de sauvetage pour des localités dépourvues de tout… L’espoir renaissait. L’espérance réapparaissait.

Le FID va-t-il pouvoir survivre aux mesures d’austérité annoncées ?

Le FID est-il une autre arlésienne ? Peut-il échapper au plan d’austérité annoncé par le gouvernement lors du Conseil des ministres du 21 juin dernier ? Pour l’heure, c’est encore le grand flou sur ce big bang annoncé. Destiné à développer massivement les localités de l’intérieur du pays avec un financement public à hauteur de 1 milliard CFA par département, le FID va-t-il survivre à la cure d’austérité actuelle, au moment où le gouvernement procède à des coupes sombres sur les dépenses pesant (objectivement ou non) sur les finances publiques ? Pour de nombreux observateurs, «le FID est un mort-né dans la même ligne que d’autres projets». Selon eux, le terme «Réduction du train de vie de l’Etat», très chargé politiquement, ne peut permettre au FID de survivre. «Où va-t-on trouver les 48 milliards pour financer cette opération ?», se demandent-ils.

 «L’un des grands chantiers du plan d’austérité porte justement sur la suppression de certains acquis et sur la réduction de bien d’autres encore», décrypte un observateur. Il ajoute que «le cadre actuel du plan d’austérité n’est pas assez souple pour permettre la concrétisation du Fonds d’Initiatives départementales». De fait, «dans l’administration, aux fonctionnaires, il vient d’indiquer le gel du point d’indice, le gel de tout avancement automatique ou au mérite, la suspension de tout reclassement après stage, et surtout, la réduction des salaires de 5 à 15% selon les catégories, à partir d’un salaire de 650.000 francs, et cela intervient moins de trois années seulement la réforme des salaires de la Fonction publique. Dans les entreprises parapubliques, il supprime tout salaire mensuel et tout avantage matériel aux PCA. Comment croire que le FID va pouvoir survivre ?», estiment ces observateurs.

Projet annulé ? Projet taillé, réduit ?

A l’heure qu’il est, les départements ont déjà adopté leur plan de développement dans l’optique du financement attendu. Cela part de l’adduction d’eau à l’électrification en passant par l’aménagement des routes et la construction de dispensaires, de salles d’écoute et d’aires de jeux. Le gouvernement va-t-il revenir à une approche plus modeste, ou va-t-il tout simplement abandonner ce projet ? Le gouvernement va-t-il brutalement tailler ou annuler un système, bruyamment annoncé, qui devait permettre la mise à niveau des 48 départements du pays ? Une chose est sûre : après avoir annoncé l’arrivée de cette manne, l’Exécutif va fâcher les départements s’il venait à renoncer à cette initiative. Un renoncement qui induira forcément la démotivation profonde des populations de l’hinterland. Le gouvernement doit donc communiquer sur ce pari audacieux qu’il compte (comptait ?) lancer. Alors, Ali Bongo va-t-il le faire ? Le FID se fera-t-il ou est-il une nouvelle arlésienne ? That’s the question !