Invitée du journal Afrique sur TV5, Laurence Ndong est revenue, le 30 août, sur la résistance de l’opposition face au régime d’Ali Bongo. A cette occasion, le membre du collectif «Tournons la page» a réitéré l’engagement des Gabonais à faire chuter coûte que coûte le régime d’Ali Bongo.

Laurence Ndong, un des leaders de la «résistance» des Gabonais de l’étranger contre le régime d’Ali Bongo. © facebook.com/laurylndong

 

31 août 2016-31 août 2017, un an déjà que les Gabonais de l’étranger protestent contre le «régime illégitime» d’Ali Bongo. A la veille de cette date anniversaire, le membre du collectif «Tournons la page» est longuement revenu sur les actes de résistance contre le pouvoir en place au Gabon.

«A l’instar de nos frères togolais, excédés par les exactions de la même famille au pouvoir 50 ans durant, nous sommes en train de nous organiser dans tout le pays avec les membres de la société civile aspirant elle aussi à l’alternance politique», a déclaré Laurence Ndong, invitée du journal Afrique sur TV5 Monde.

«Nous manifesterons et Ali Bongo fera ce qu’il a l’habitude de faire en envoyant sa milice sur nous. Mais cette fois-ci, nous ne reculerons pas : il tuera tous les Gabonais s’il le souhaite, pour régner sur les palmiers. Nous résisterons jusqu’à ce qu’il parte, nous n’avons rien à partager avec lui», a poursuivi l’activiste.

Une détermination sonnant ainsi comme une réponse à la répression par le pouvoir, de la dernière manifestation en date des partisans de Jean Ping, le 25 août à Libreville. Bien que réprimée, cette manifestation était cependant loin d’être un échec, de l’avis de Laurence Ndong. «Les Gabonais sont sortis mais il ne faut pas oublier le contexte de répression en vigueur au Gabon depuis l’arrivée au pouvoir d’Ali Bongo. Chaque manifestation est réprimée : il y a des arrestations. A défaut du gaz lacrymogène, les populations, manifestants à mains nues, sans projectiles quelconque, sont chargées à balles réelles. Voilà le contexte !», a-t-elle déploré.

Qu’à cela ne tienne, le membre de «Tournons la page» a réitéré son engagement et celui de ses pairs, de faire tomber le régime d’Ali Bongo. «Nous avons décidé de braver ce régime qui veut régner sur les Gabonais par la terreur. Parce qu’il est au pouvoir par la force des armes, nous allons lui résister jusqu’à ce qu’il parte», a insisté Laurence Ndong.

La militante entend ainsi le braver les conclusions du dialogue national. «Nous allons résister quitte à désobéir, comme le suggère la déclaration des Droits de l’Homme. Celle-ci stipule clairement que lorsque le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection devient pour le peuple le plus noble des devoirs et le plus indispensable des droits. Nous allons y aller, et nous allons résister comme nous ne l’avons jamais fait», a averti Laurence Ndong.

Entre temps, la Coalition pour la nouvelle République autour de Jean Ping semble se diviser. Certains préparant déjà leur candidature aux prochaines élections législatives. Ce que n’a pas partagé Laurence Ndong. «Les législatives ne sont pas d’actualité pour nous. D’autant que le pouvoir lui-même n’a de cesse de le reporter. Et nous sommes convaincus que c’est nous qui organiserons ces échéances car le pouvoir d’Ali Bongo, nous allons le faire tomber», a-t-elle conclu.