Lancée 24 heures plus tôt Libreville, la campagne contre les grossesses précoces en milieu scolaires initiée par le mouvement féministe L’appel des Milles et Une, s’est poursuivie le 13 avril au Lycée Djoue Dabany.

La campagne contre les grossesses précoces en milieu scolaires initiée par le mouvement féministe L’appel des Milles et Une. © Gabonreview

 

Le 13 avril à Libreville, le Lycée Djoue Dabany a constitué la deuxième étape de la campagne de sensibilisation contre les grossesses précoces en milieu scolaire, initiée par le mouvement féministe L’appel des Mille et Une. A cette occasion, les responsables de l’association ont invité les jeunes filles à prendre au sérieux leur avenir.

© Gabonreview

«L’objectif est d’inviter les jeunes filles à se consacrer aux études, croire en leurs rêves, éviter les grossesses précoces, se lancer dans l’entrepreneuriat, etc.», a expliqué Yolande Nyonda, vice-présidente 1 de L’appel des Milles et Une.

L’évènement s’est déroulé sous forme d’échanges et de partage d’expériences avec Manuela Claire Bondo et Sylvie Touré, respectivement pilote et chef d’entreprise. Dans leur message les deux intervenants ont invité leurs interlocutrices à s’inspirer de leur parcours. En d’autres termes, les jeunes filles doivent croire en ce qu’elles font, privilégier les études et se lancer dans l’entrepreneuriat.

Contexte oblige, les jeunes élèves ont par ailleurs été invitées à s’inscrire sur les listes électorales, dans le cadre des prochaines élections législatives. «Cela leur permettra, de prendre une part active dans la vie politique du pays», a souligné Yolande Nyonda.  Débutée le 12 avril, la campagne de sensibilisation touchera d’autres établissements de Libreville et de l’intérieur du Pays.

Auteur : Jean-Thimothé Kanganga