Le quotidien L’Union appellerait à un nouveau gouvernement et à une nouvelle administration, qu’il ne s’y prendrait pas autrement. Le billet «Makaya» du mercredi 20 décembre dernier est en effet très allusif…

L’Union semble clairement suggérer des changements au gouvernement et dans la haute administration. © Gabonreview

 

Le billet «Makaya» du mercredi 20 décembre 2017. © Gabonreview

«La question que, moi Makaya, je me pose, est de savoir à quoi servent des collaborateurs, ministres, grands directeurs, conseillers et autres quand ils ne sont là que pour creuser le sable sous les pieds ? (…) En tout cas, dans la Bible, il est écrit que si ton bras gauche te gêne, coupe-le. S’il n’en tenait qu’à moi, beaucoup ne seraient plus aux affaires quoi…». Le célèbre billet d’humeur du quotidien L’Union semble clairement suggérer des changements au gouvernement et dans la haute administration, y compris parmi les Conseillers de la présidence de la République.

 «Quand je regarde, moi Makaya, comment fonctionne actuellement le pays, j’avoue franchement que le Présida n’est pas aidé. On a l’impression qu’il n’y a que des bras cassés, des incompétents, des sacs vides qui l’entourent. Ça ne marche pas, ça ne bouge pas, ça n’évolue pas. Bref, rien ne tourne», souligne le billet Makaya.

Après la recomposition du secrétariat exécutif du Parti démocratique gabonais (PDG), le billet d’humeur du journal L’Union veut-il pousser à la mise en place d’un nouveau gouvernement ? Dans l’opinion, nombreux ont le sentiment que l’actuel Premier ministre, (déjà) en bisbille avec certains de ses ministres, parmi les plus influents, pourrait ne pas conduire la bataille de la majorité pour les prochaines élections législatives. D’autres en ont tiré des enseignements selon lesquels les directions générales d’entreprises publiques et de l’administration générale vont connaître des changements. En tout cas, les uns et les autres se disent convaincus que le contenu de ce billet d’humeur est sans ambiguïté au moment où certaines feuilles mortes commencent à se ramasser à la pelle. Il semble donc que le quotidien proche du Palais du bord de mer prépare l’opinion…