Au terme du congrès tenu le 15 octobre à Libreville, l’UPG tendance Bruno Ben Moubamba est devenu officiellement l’Alliance pour le changement et la rénovation.

Le président de l’ACR porté la tête du parti dans un vote à main levée © Gabonreview

Le président de l’ACR porté la tête du parti dans un vote à main levée © Gabonreview

 

Les congressistes de l’UPG tendance Ben Moubamba ont renoncé à cette dénomination et choisi de créer un nouveau parti, l’Alliance pour le changement et la rénovation(ACR), lequel sera dirigé par Bruno Ben Moubamba.

Les congressistes ayant donné naissance à l’ACR. © Gabonreview

Les congressistes ayant donné naissance à l’ACR. © Gabonreview

Pour le fondateur de l’ACR, ce congrès est auréolé de symboles. Il intervient le jour anniversaire du décès de Pierre Mamboundou, le président de l’UPG. De même, l’acronyme ACR correspond à celui du regroupement des partis politiques ayant soutenu ce dernier lors de la présidentielle de 2009. Accroché à ces signes Ben Moubamba y voit les signes d’une renaissance de l’œuvre de Pierre Mamboundou, qui tel un Phoenix renait de ses cendres. Une charge symbolique qui s’incarne dans le logo du parti représenté par le rejeton d’un arbre qui refleuri.

En ouverture des travaux, Roger Mouloungui, le président du comité d’organisation, a retracé les démarches de l’ancienne aile de l’UPG dans l’élégante entreprise de rassemblement de tous les militants du parti. Cette entreprise restera sans succès, à cause des égos surdimensionnés des uns et des autres, dit-il. Le refuge idéal pour mériter l’héritage de Pierre Mamboundou a été la création d’un nouveau cadre de réflexion.

 « Les Gabonais ayant foi dans la démarche politique du leader Bruno Ben Moubamba, nourris à la philosophie politique du mamboundouisme, se sont engagées en ce jour solennel à prendre leurs responsabilités, pour l’honneur et pour l’histoire afin de proposer aux compatriotes épris de liberté et de démocratie, un cadre de réflexion et d’action politiques, pour la promotion des idéaux du président Pierre Mamboundou, enrichis d’apports nouveaux, émanant des synthèses d’autres personnalités de l’histoire politique du monde, défenseurs de l’idée de rassemblement des intelligences au service du développement et de l’intérêt général. », a-t-il indiqué.

Évoquant le contexte politique actuel, le président de l’ACR a estimé que l’élection présidentielle c’est du passé. L’heure pense-t-il, est au développement du pays. Comme Nelson Mandela, affirme-t-il, il a choisi de travailler avec ses adversaires politiques. « Il n’y aura pas de démon de la violence qui se déchaine. Nous allons construire notre pays ensemble ». Pour lui, quand les intérêts de la France sont menacés tous les français, toutes branches confondues, se mettent ensemble. « Pourquoi ce qui est admirable ailleurs ne le serait pas ici ?», s’est-il offusqué.

Auteur : Alain Mouanda