Dans le cadre de sa mission de promotion, la Société équatoriale des mines (SEM) est présente au salon minier organisé au Cap en Afrique du sud.

L’équipe de la SEM et Christophe Akagha Mba. © SEM

L’équipe de la SEM et Christophe Akagha Mba. © SEM

 

Inauguré par le ministre des Mines, de l’Industrie et du Tourisme, le stand de la Société équatoriale des mines (SEM) a ouvert ses portes le 9 février 2015, dans le cadre de la 21e édition du salon «Mining Indaba». Si la rencontre permettra de réunir au Centre international des conventions du Cap, en Afrique du Sud, plus de 7 000 professionnels officiant dans le domaine minier, pour la SEM, cette participation vise à promouvoir le développement de ses projets de recherche d’or et d’exploitation de marbre. D’autant que, détentrice et gestionnaire des participations de l’Etat dans des sociétés minières, l’établissement, créé en août 2011, entend revaloriser les ressources naturelles non renouvelables du Gabon.

Au Cap, l’équipe de la SEM, conduite par son directeur général, entend donc remplir sa mission de promotion du secteur minier gabonais, en vendant au mieux le projet de la Lombo-Bouenguidi (Ogooué-Lolo), celui du Camp 6 (Ogooué-Ivindo), ainsi que le projet d’exploitation de marbre de Dousseoussou dans la Nyanga. Pour Fabrice Nzé-Bekalé, la conférence Mining Indaba permettra «d’identifier des partenaires fiables pour développer assez rapidement ces projets prometteurs». «Ces projets sont au cœur du développement de la société qui a, entre autres, pour mission d’initier et de poursuivre des projets miniers seule ou en partenariat», a-t-il justifié, affirmant compter sur les opérateurs, les prestataires des services techniques et les investisseurs présents dans le cadre de la conférence.

Pour cause, le permis Lombo-Bouenguidi est dit «très prometteur pour la recherche de gisement d’or primaire et alluvionnaire». Il se caractérise notamment par l’abondance des sites d’orpaillage et des zones d’anomalies or. Pour le prospect or du Camp 6, deux types de minéralisation ont été observées durant la campagne réalisée en 2014 : l’or alluvionnaire et l’or associé aux BIF. Le permis d’exploitation de Dousseoussou quant à lui, selon la SEM, est un projet qui consiste à relancer l’exploitation de la carrière de marbre, d’autant que la certification des réserves débutera en février 2015 et la mise en production de la carrière est prévue au 1er trimestre 2016.