Sur des vidéos publiées ce 1er juin 2018 sur les réseaux sociaux, l’ambassade du Gabon en France a été brièvement envahie par les membres de la diaspora, manifestant contre le régime de Libreville.

La photo de Jean Ping installée dans le hall de l’ambassade du Gabon à Paris par les manifestants, le 1er juin 2018 en lieu et place de celle d’Ali Bongo. © Facebook.com/groups/infoskinguele

 

Scandant «libérez le Gabon, l’heure a sonné», des Résistants membres de la diaspora gabonaise ont investi ce 1er juin 2018 les locaux de l’ambassade du Gabon à Paris.

Sur les vidéos amateurs tournées lors de cette opération et diffusées sur les réseaux sociaux, l’on peut voir les membres de ce groupe remplacer la photo officielle du président Ali Bongo, par celle de Jean Ping. «Nous devons nous lever comme des soldats, Ali Bongo est un assassin». «On vient de destituer Ali Bongo. Aujourd’hui, Jean Ping est le nouveau président du Gabon», martèle une voix insistant sur le fait que «le président élu c’est Jean Ping».

Selon une source jointe au téléphone à Paris, la sécurité de l‘ambassade a été rapidement débordée par ce groupe. Durant cette opération qui a duré une quinzaine de minutes, les employés de l’ambassade et l’ambassadeur, Flavien Enongoué, étaient à leur poste de travail.

Depuis l’élection présidentielle du mois d’août 2016 au cours de laquelle Ali Bongo avait été déclaré vainqueur, son principal challenger, Jean Ping, n’a jamais reconnu cette victoire. Et dans plusieurs villes du monde, à l’instar de Paris, des Résistants gabonais se sont constitués afin de revendiquer la victoire de ce dernier.