Libreville vient de lancer des mandats d’arrêt contre Alfred Mabicka Mouyama, Yves de Saint fidèle Mapakou, Franck Ping et Hervé Ndong Nguema actuellement établis hors du territoire gabonais.

Le procureur de la République de Libreville, Steeve Ndong Essame Ndong, le 2 mars 2017. © Gabonreview

 

Alfred Mabicka Mouyama, Yves de Saint fidèle Mapakou, Franck Ping et Hervé Ndong Nguema sont désormais sous le coup d’un mandat d’arrêt international devant permettre leur interpellation et présentation devant le juge d’instruction. L’information a officiellement été donnée le 2 mars 2017, par le procureur de la République de Libreville, Steeve Ndong Essame Ndong, à la faveur d’un point presse.

Ces actions motivées par les carences répétées des intéressés qui font l’objet de poursuites judiciaires, devraient favoriser une célérité dans le traitement de ces différents dossiers. Pour le procureur de la République de Libreville, la franche collaboration des institutions judiciaires étrangères des pays dans lesquels ces justiciables sont établis est nécessaire et très attendue.

«Si les pays d’accueil de ces compatriotes exécutent ces mandats d’arrêts que la justice gabonaise a émis, cela nous facilitera leur interpellation et leur conduite devant le juge d’instruction. Les Gabonais sont impatients certes, mais il est question ici de respect de procédures et de conventions internationales car, derrière un mandat d’arrêt international, se greffe des procédures plus complexes», a indiqué Steeve Ndong Essame Ndong.

Selon les précisions du procureur de la République de Libreville, Alfred Mabicka Mouyama est poursuivi pour des faits de détournement de fonds ; Yves de Saint fidèle Mapakou est recherché pour être entendu sur les multiples accusations d’escroquerie. S’agissant de Franck Ping, il lui ait reproché des faits de corruption active et Hervé Ndong Nguema, pour sa part, fait l’objet de plaintes pour des faits d’agression sexuelle, proxénétisme et viol sur mineures.