Apres quatre mois de grève, les membres du syndicat national des greffiers (Synagref) ont suspendu le 22 juin leur mouvement entamé le 20 février.

Les membres du bureau du Synagref. © D.R.

 

L’on s’achemine vers le retour à la normale dans les tribunaux, avec la présence effective des greffiers dès le lundi 25 juin. Les membres du syndicat national des greffiers (Synagref) ont décidé, au cours de leur assemblée générale du 22 juin, de suspendre le mouvement de grève entamé le 20 février 2018. Cette décision est assortie d’un protocole d’accord proposé par la tutelle pour la sortie de crise.

Les membres du Synagref votant la suspension du mouvement de grève entamé le 20 février 2018. © D.R.

Selon le Synagref, qui avait prévenu que la grève ne sera levée que si ses revendications sont totalement satisfaites, cette décision est justifiée par la «satisfaction par l’administration de certains points inscrits dans le cahier des charges, notamment le salaire de la promotion 2017, l’établissement des cartes professionnelles, l’adoption de certains textes administratifs».

Concernant le point sur le statut, l’un des points focaux de revendications, rien n’est encore satisfait. Toutefois, selon le président du syndicat, Georges Boupenga, le texte relatif à ce point est prévu passer en Conseil des ministres la semaine prochaine.

«Nous estimons qu’au vu des avancés faites par la tutelle, il était important de lever le mouvement et reprendre le travail sur l’ensemble du territoire national», a déclaré le président du syndicat national des greffiers, annonçant la reprise du travail pour le lundi 25 juin, dans l’ensemble des juridictions du pays.