Journée Mondiale Sans Tabac 2016 : British American Tobacco appelle à une mobilisation contre le commerce illicite du Tabac

© Gabonreview/Shutterstock

© Gabonreview/Shutterstock

 

A l’ occasion de la Journée Mondiale Sans Tabac 2016, British American Tobacco appelle à une mobilisation contre le commerce illicite des produits du tabac.

British American Tobacco réitère la nécessité d’une meilleure compréhension des enjeux du commerce illicite des produits du tabac, des criminels qui se cachent derrière lui ainsi que de la nécessité d’une collaboration renforcée afin de le combattre efficacement.

La nature et l’ampleur du commerce illicite, ainsi que les différentes approches adoptées afin d’y mettre fin varient d’un pays à l’autre. Toutefois, si toutes les organisations impliquées dans le commerce illicite des produits du tabac à travers le monde s’unissaient afin de ne former qu’une seule entité, elles deviendraient alors la troisième société internationale de tabac, de par son chiffre d’affaires.

Freddy Messanvi, Directeur des Affaires Juridiques et Externes, déclare: « L’impact du tabac illégal ne peut être ressenti de façon aussi immédiate et directe que d’autres crimes, mais ses conséquences sont bien réelles. Selon certaines estimations, chaque année, les pertes engendrées par les  taxes impayées sur le tabac sont de l’ordre de 40 à 50 milliards de dollars au niveau mondial. En Afrique de l’Ouest, ce manque à gagner des gouvernements est évalué à environ 774 millions de dollars, ce qui signifie que les impôts payés auraient pu être beaucoup plus élevés. –Il est également important de souligner que la vente de tabac illégal est destinée à financer les trafics  humains, de drogues et de vente d’armes, ainsi que les organisations terroristes.« La quantité de tabac illicite est beaucoup plus importante que l’on peut le penser ; environ 400 à 600 milliards de cigarettes, ce qui représente globalement, l’équivalent d’environ 10 à 12% de la consommation mondiale et en Afrique de l’Ouest, environ 60 milliards de cigarettes, soit plus ou moins 10% du commerce illicite. Ce fléau international à multiples facettes requiert une approche collaborative de la part des gouvernements et des forces de l’ordre avec qui nous travaillons en solidarité aux détaillants et clients qui encourent de grands risques».

La nature du commerce illicite des produits du tabac varie selon les pays mais les causes restent similaires. Ces dernières comprennent une règlementation non équitable et excessive, des augmentations brutales des droits d’accise entrainant des différences de prix entre pays et enfin, l’inefficacité des mesures prises par les forces de l’ordre.

Freddy Messanvi poursuit : « Nous représentons une partie importante de la solution et investissons, au niveau mondial, plus de 75 millions de dollars chaque année afin de combattre le commerce illicite des produits du tabac.  British American Tobacco a déployé des équipes de lutte contre le commerce illicite à travers le monde  qui travaillent avec des agences gouvernementales, notamment la police et les douanes, dans le but de faire condamner ces criminels. Nous soutenons également la Convention-cadre de l’OMS pour la  lutte anti-tabac (CCLAT) dans le but de combattre le commerce illicite. Toutefois, ce traité ne sera efficace que s’il est appliqué de manière cohérente et respecté conjointement par les gouvernements.

Note des rédacteurs

Le commerce illicite des produits du tabac comprend trois catégories d’activités :

  • La contrefaçon de cigarettes : Elles sont susceptibles de contenir de plus forts taux de goudron et de monoxyde de carbone que ceux retrouvés dans les cigarettes authentiques ; et dans certains cas, des insectes et excréments humains. La grande majorité de ces produits proviennent d’opérateurs illégaux établis en Chine, Paraguay, Moyen-Orient et Europe de l’Est.
  • Les produits authentiques de contrebande
  • Les blancs illicites : il s’agit de produits légalement fabriqués dans un marché, avant d’être exporté de façon illégale vers d’autres pays où ils ne détiennent pas de réseau de distribution légal. L’expansion de ce phénomène constitue la menace la plus importante.