La Société d’énergie et d’eau du Gabon (Seeg) a initié, à l’occasion de la journée mondiale de l’eau le mercredi 22 mars, une visite guidée de ses stations de traitement et de production d’eau de Ntoum, à l’endroit des maires de la commune de Libreville et députés du palais Léon Mba.

Les députés écoutant religieusement les explications du directeur eau Estuaire, Philippe Nlome Nze. © Gabonreview

 

Les maires de la commune de Libreville et les locataires du palais Léon Mba ont visité le 22 mars 2018, les installations de production et de transport de l’eau de Ntoum. Partie du site de transfert d’eau brute de la Mbe à Akok, la visite s’est achevée à l’usine de traitement de Ntoum 5 et 6, en passant par la station de traitement de l’ex-carrière de la société Cimgabon.

© Gabonreview

A chaque étape, la délégation des élus a reçu des explications sur le processus de production de cette ressource, du captage à la distribution en passant par le traitement.

«Cet exercice a été pour nos députés et maires, l’occasion de se rendre compte de tous les efforts qui sont consentis au quotidien par les agents de la SEEG, pour pouvoir optimiser l’ensemble du processus de production et produire le maximum d’eau pour les ménages», a assuré le directeur eau  Estuaire de la SEEG, Philippe Nlome Nze.

Selon le chef de service exploitation, Raphaël Mburu, la station de Mbe a pour rôle de prélever l’eau brute et de l’acheminer sur la station de Cimgabon. Celle-ci, quant à elle, sert à la décantation, la neutralisation, la coagulation et la stérilisation de l’eau.

Les usines de Ntoum 5 et 6, pour leur part, servent à rendre cette eau propre à la consommation, à travers une désinfection au chlore et la régulation du Potentiel hydrogène (PH), entre 6 et 7, avant son acheminement sur Libreville sur un débit de plus de 7000 m³ d’eau par heure.

La station de Mbe a pour rôle de prélever l’eau brute et de l’acheminer sur la station de Cim-Gabon. © Gabonreview

«Nous sommes heureux que la SEEG ait bien voulu partager avec nous certaines de ses activités, notamment la production de l’eau et nous permettre de voir dans quel cadre le personnel travaille et quelles sont les actions qui sont menées pour emmener de l’eau jusqu’au dernier client. Cependant, nous les invitons à un peu plus de vigilance, à un peu plus d’action pour la satisfaction de ces populations et aussi à revigorer les structures de veille. Parce qu’il y a des fuites d’eau qui sévissent ici et là dans les quartiers, il y a des zones où il manque de l’eau pendant plusieurs mois», a déclaré la présidente de la Commission environnement à l’Assemblée nationale, Angélique Ngoma.

Conscient de la mission qui est la leur et affirmant être déterminé à l’exécuter au mieux de leurs capacités, le directeur de la SEEG, Marcelin Massila Akendengué a assuré que des efforts sont faites pour pouvoir maintenir, voire augmenter la production d’eau dans les usines de Ntoum. Mais également apporter des solutions aux problèmes de fuites !