La journée internationale du sourire a été célébrée localement, le 24 novembre à Libreville, à l’initiative de l’ONG Femme Belle et du cabinet SmileDesign. Une célébration au cours de laquelle les organisateurs ont mis en lumière la corrélation entre le sourire et l’estime de soi.

La présidente de l’ONG Femme Belle lors de son intervention, le 24 novembre 2017 à Libreville. © Gabonreview

 

A l’initiative de l’ONG Femme Belle et du cabinet SmileDesign, la journée internationale du sourire a été célébrée en différée, le 24 novembre à Libreville. A l’issue de cette manifestation organisée sous le thème «Sourire et estime de soi», la présidente de l’ONG n’a pas manqué de revenir sur le bien-fondé de cette journée.

«L’ambition était d’apporter le sourire aux autres, comme l’a précisé le thème de cette journée. Etre un don de soi pour apporter du bonheur et de l’épanouissement au travers de notre transfert de compétences, en étant une passerelle pour ce que nous avons comme valeur à donner aux autres», a confié Christine Soro.

Daisy Lekounda Mpouho et Christine Soro. Et une vue des participants. © Gabonreview

Cette dernière a également justifié le choix du thème retenu. «Le sourire est une partie de notre corps qui est autant importante que lorsque nous considérons notre santé. Par ailleurs, le sourire peut nous ouvrir des opportunités. Et l’estime de soi, parce que quelqu’un, sachant ce qu’il a, qui il est et où il va, sera nécessairement une valeur ajoutée dans la vie des autres», a-t-elle argumenté.

Lors de son intervention, la directrice du cabinet SmileDesign est revenue sur l’importance du sourire au quotidien. «Le sourire est un bien usuel, un geste quotidien, qu’on le veuille ou non. Nous sommes amenés à sourire, nous le faisons spontanément, sans le calculer. Cela fait partie du schéma corporel, des gestes usuels de l’individu. C’est dans ce sens que nous avons mis en avant la relation entre le sourire et la confiance en soi. Mais nous nous sommes plus adressés aux personnes qui ont du mal à sourire, parce qu’elles sont gênées», a déclaré Daisy Lekounda Mpouho.

Selon ce docteur en chirurgie dentaire, il ne faut pas s’empêcher de sourire. «Nous ne revalorisons pas que la santé dentaire, mais aussi et surtout le sourire en tant que tel. Et pour les personnes gênées, elles doivent savoir que d’une façon ou d’une autre, il y a possibilité de se faire accompagner pour essayer de corriger le tir dans le cas d’un sourire disharmonieux», a-t-elle conseillé.

Encore peu connue, voir méconnue au Gabon, la journée internationale du sourire devrait être mieux promue à l’avenir, ont souligné les organisateurs de cette première édition à Libreville. «C’est la première édition et nous espérons qu’avec l’appui de certains partenaires, parce que nous la voulons gratuite, nous susciterons plus d’engouement lors des prochaines éditions», a souligné la présidente de l’ONG Femme Belle.

Célébrée le premier vendredi du mois d’octobre, la journée internationale du sourire a été initiée il y a une vingtaine d’années par Harvey Ball, créateur du smiley. Le but de la journée est de faire rire au moins une personne dans la journée, pour lui remonter le moral. En d’autres mots, il est question de faire en sorte que partout dans le monde, chacun oublie ses soucis le temps d’une journée.