A l’issue de la rencontre Gabon-Burundi, le 8 septembre à Akanda, le sélectionneur du Gabon s’est prêté à la traditionnelle conférence de presse d’après match. Morceaux choisis.

José Antonio Camacho (à gauche) lors de la conférence de presse d’après match, le 8 septembre 2018 à Akanda. © Gabonreview

 

Question : Êtes-vous heureux de la prestation de Biyogo Poko ?

José Antonio Camacho : Oui ! Je crois que Poko fait bien son travail et personne ne peut trouver à redire là-dessus car il se donne toujours à 100%.

Comment expliquer votre composition d’équipe avec quatre milieux de terrain au profil défensif ?

C’est votre avis. Moi, je ne le pense pas car nous avons attaqué tout au long de la rencontre. Kanga Guelor, Aubameyang ou encore Axel Meye ne sont pas des joueurs défensif. Les latéraux jouaient très haut.

Quel compartiment de jeu a fait pêcher votre équipe ?

Nous avons cherché la victoire dès l’entame de match. Nous avons causé une erreur défensive qui s’est soldée par un but. Heureusement, nous avons égalisé en seconde période. Comme je l’ai dit auparavant, le Burundi est une équipe très difficile à jouer. Mais nous gardons toutes nos chances de nous qualifier.

Songez-vous à démissionner de votre poste ?

Non ! Pourquoi ? Je travaille, je fais ce que je peux.

Votre message à Didier Ovono, hué par le public après le but du Burundi ?

Ovono est très important pour l’équipe nationale. Et je le remercie d’ailleurs pour le travail réalisé. S’il est titulaire, c’est parce que nous estimons que c’est le meilleur gardien dont dispose les Panthères actuellement.

Propos recueillis par Stevie Mounombou

.