Le mouvement féministe «l’Appel des mille et une» a célébré le 31 juillet 2018, la 55e édition de la journée internationale de la femme Africaine (Jifa), sous le thème : «les 1001 facettes de la femme Africaine».

Les panélistes du thème femme et tradition, partageant leurs avis. © Gabonreview

 

© Gabonreview

Créée à l’initiative d’une grande militante féministe malienne, Aoua Kéita, la journée internationale de la femme Africaine (Jifa) a été créée en 1962 et promulguée par l’ONU et l’OUA, le 31 juillet 1963.

À l’occasion de la célébration de sa 55e édition mondiale et 1ère gabonaise, le mouvement féministe «l’Appel des mille et une», a organisé une journée d’échanges avec plusieurs exemples vivants de la «force, de la détermination et de la réussite».

Au cours de cette rencontre mettant en avant les portraits de femmes fortes qui s’engagent pour leur émancipation au Gabon et dans la diaspora, entre autres, Rama Yade, Angélique Ngoma, Aminata Salamate Kiello, Yvette Ngwevilo Rekangalt, Nabou Fall, Angèle Christine Ondo, Antoinette Benga, Gyslaine Lokako Banakayi, Cécilia N’Djave-Ndjoy, Marie-Julie Nse Ndzime, Edith Massounga de Langlade, Genevève Yossa, Albertine Maganga Moussavou et Gisèle Akoghet ép Ndoutoume Essone, trois thèmes ont été débattus : femme et tradition, femme et politique, femme et entrepreneuriat.

Selon l’experte en microfinance et genre, Cécilia N’Djave-Ndjoy, ce genre d’occasion est nécessaire pour redorer le blason des femmes africaines, car la femme est un acteur du développement. «Elle participe à la construction de son pays, il serait triste que la plus grande partie de la population d’un pays se mette à l’écart. Au Gabon, il y a 53% des femmes, cela veut dire que nous sommes nombreuses et si nous nous mettons dans tous les secteurs, nous pouvons nous aussi contribuer à la construction de l’édifice de notre pays», estime-t-elle.

Au terme des échanges, la présidente du mouvement «L’appel des mille et une», Nicole Asselé a annoncé le lancement du Women’s investment club Gabon (WIC Gabon). «Lancé au Sénégal en mars 2015, le WIC est un club qui cible des femmes leaders, entrepreneurs ou dirigeantes d’organisations qui mettent à profit leurs compétences et leurs expériences en matières de création et de gestion d’entreprise avec pour objectifs : fructifier leur épargne commune, notamment en investissant dans le marché boursier régional», a-t-elle expliqué.