Une curieuse histoire mêlant gros sous, infiltration, trahison et regrets divise depuis quelques jours les jeunes de l’opposition. Au centre de celle-ci, Gaël Koumba Ayouné, connu sous l’appellation du général des Mapanes.

Gaël Koumba Ayouné (chapeau), «le général des Mapanes» aurait-il trahi ses hommes ? © D.R.

 

Cent millions de francs CFA ! Ali Bongo, par le biais d’un de ses collaborateurs, aurait récemment fait parvenir cette somme à Gaël Koumba Ayouné, plus connu sous l’appellation du général des Mapanes. Pour quelle raison le président de la République se serait-il montré aussi généreux ? La réponse tombe sous le sens : il s’agirait du paiement des services rendus par le Rassemblement des jeunes pour le Gabon (RJPG, «Mouvement des jeunes du Mapane») au candidat du Parti démocratique gabonais (PDG) des mois avant, mais également quelques semaines après l’élection présidentielle d’août 2016.

Selon Samy Sylvestre Moussavou, ancien responsable de la sécurité au sein du mouvement, leur mission était de «constituer des brigades inter quartiers pour dégager les barricades placées de parts et d’autres des rues de Libreville». Il s’agissait également d’infiltrer des groupes de jeunes de l’opposition afin d’informer le pouvoir de ce qu’il s’y préparait durant la période pré et postélectorale.

Seulement, en dépit des risques pris, et malgré les blessures infligées à certains, qui affirment avoir échappé à la mort quand leur jeu a été découvert, l’infiltration des «mapaniens» dans les groupes de jeunes de l’opposition n’a pas payé. Le «général» Gaël Koumba Ayouné se serait accaparé de la quasi-totalité des 100 millions de francs CFA. «Il refuse de redistribuer l’argent reçu. Pourtant, il était question d’une redistribution transparente», s’est récemment plaint l’ancien bras-droit du leader du RJPG à l’hebdomadaire L’Aube. Ce qu’a confirmé Jeff Blampain sur son compte Facebook, exprimant au passage son regret d’avoir «fréquenter un infréquentable». Mais le «pardon» demandé par le jeune activiste devenu un temps l’un des compagnons de Gaël Koumba Ayouné a du mal à être entendu. Certains au sein de «la Résistance» (partisans de Jean Ping) ne semblent pas prêts à lui pardonner sa «trahison».

Pourtant, de son côté, celui par qui la division des jeunes du Mapane est venue se défend sur les réseaux sociaux d’avoir trahi ses compagnons, dont certains, assure-t-il, ont attenté à sa vie pour cette histoire d’argent. L’affaire a été portée à la direction de la Sécurité urbaine (DSU). En attendant son jugement, Gaël Koumba Ayouné laisse entendre que l’argent reçu servira à matérialiser les différents projets sur lesquels ses compagnons et lui s’étaient entendus. Il faut croire que le «général» et ses hommes ne sont plus sur la même longueur d’onde.