La question de la passation pacifique du pouvoir, à travers une médiation internationale, constitue l’objet de ce périple.

Jean Ping en tournée. © Je wanda magazine

 

L’opposant au régime d’Ali Bongo entreprend, dès le 9 juillet prochain, une tournée qui le mènera en Europe, aux Etats-Unis, avant de se poursuivre en Afrique. Jean Ping qui continue de réclamer sa victoire à la présidentielle d’août 2016, espère persuader la communauté internationale de la nécessité d’ouvrir une médiation entre Ali Bongo et lui, en vue «d’assurer une passation pacifique du pouvoir, en vue de la nécessaire réconciliation nationale», note le communiqué de presse.

Alors que la majorité des missions d’observations venues supervisées l’élection présidentielle gabonaise a relevé d’importantes anomalies susceptibles de remettre en cause l’issue du scrutin, le chef de fil de la Coalition pour la nouvelle République, regroupement de partis politiques acquis à sa cause, ne semble pas cantonné à l’attente d’une réaction.

L’opportunité du succès d’une telle démarche étant manifestement dans une posture offensive, Ping fait le choix de se déplacer afin d’exposer avec la pertinence de sa proposition. Depuis le 2 juin 2017, date de son appel à la communauté internationale, le monde entier reste toujours aphone.

A Paris, Berlin, Genève, Bruxelles, New-York et Addis-Abeba, le challenger d’Ali Bongo rencontrera certaines autorités, des personnalités de hauts rangs, ceux du milieu d’affaires et la diaspora gabonaise.

Auteur : Alain Mouanda