Le nom d’une ministre, le rang protocolaire et les dénominations de ministères – tout ou presque était fictif. Le Premier ministre a, en réalité, rendu vendredi dernier une copie qui n’était pas tout à fait la bonne ! Un vrai couac…

Sans respect du rang protocolaire, le gouvernement Issozé Ngondet III tel qu’en son désordre hiérarchique, le 7 mai 2018. © facebook/alibongoondimba

 

La ministre de la Pêche et de la Mer a reçu un nouveau prénom vendredi dernier lors de la formation du gouvernement Issozé Ngondet III. En lieu et place de son prénom Clémence, l’ancienne directrice générale des Transports terrestres, Madame Loupdy (et non Loupdi), a reçu le prénom Chantal. Il faut le faire ! Se tromper à ce point du prénom d’une personnalité appelée au gouvernement paraît hallucinant. Emmanuel Issozé Ngondet a toute de même fait preuve de légèreté, pour ne pas dire plus. Et que dire du nom de la nouvelle ministre déléguée aux Affaires étrangères, dont tout le monde – sauf le Premier ministre – connaît l’orthographe sans «M» du nom : Clotilde Chantal Boumba Louey, et non Mboumba comme il l’a écrit.

Gouvernement Issozé Ngondet III : le cafouillis était indescriptible hier à la cérémonie de prestation de serment. © facebook/PresidenceGabon

Ordre protocolaire chamboulé

Concernant le rang protocolaire, le nouveau ministre d’Etat Edgard Anicet Mboumbou Miyakou est passé lundi du deuxième au dixième rang parmi les ministres d’Etat ! Etienne Massard passe du 4e au 7e rang. Michel Menga passe du 10e au 5ème rang. Guy-Bertrand Mapangou, le nouveau ministre de la Communication, quitte le 6e rang pour devenir le n°2 parmi les ministres d’Etat. Noël Nelson Messone, lui, est revenu du 26e au 15e rang parmi les ministres. Chez les ministres délégués, on note «l’ascension» de Laeticia Diwekou de 40e au 32e rang, alors que Clotilde Chantal Boumba Louey passe de la 36e à la 30e place sur le plan protocolaire.

Tous les exemples ne sauraient être cités ici. Mais, il faut le dire : le cafouillis était indescriptible hier à la cérémonie de prestation de serment, car les membres gouvernement avaient été préalablement installés selon l’ordre protocolaire de la liste gouvernementale du vendredi 4 mai. Entre la liste publiée dès vendredi dans divers médias et celle de lundi, annoncée par le greffier de la Cour Constitutionnelle, on pouvait ne pas se retrouver.

Intitulés des départements

Les intitulés de ministères ne sont pas en reste. L’Economie numérique a été rajoutée à la Communication pour Guy-Bertrand Mapangou. La Recherche scientifique, qui avait disparu trois jours plus tôt dans l’intitulé, accompagne l’Enseignement supérieur confié à Jean de Dieu Moukagni Iwangou, tandis que le ministère de l’Habitat confié à Michel Menga m’Essone vendredi s’est vu rajouter l’Urbanisme et le Cadre de vie, lundi.

Ce cafouillis au niveau des noms des membres du gouvernement, du rang protocolaire de ceux-ci et des intitulés des départements ministériels peut donner à penser à de l’improvisation et à une forme de légèreté de la part du Chef du gouvernement, si tant est-il qu’il était réellement à la manœuvre quant à la sélection des membres de son cabinet. Tout cela ne fait pas très sérieux…