Face à l’invasion d’ordures ménagères à Libreville, l’Etat souhaite, selon le maire de Libreville, Rose Christiane Ossouka Raponda, s’attacher les services d’un prestataire marocain spécialisé dans le recyclage.

Un tas ordures ménagères à Libreville. © Gabonreview

 

Préoccupées par la situation des tas d’immondices à Libreville, due en partie à l’engorgement de la décharge de Mindoubé, les autorités gabonaises veulent s’attacher les services d’un nouveau prestataire marocain, spécialisé dans le recyclage des ordures.

L’information a été donnée par le maire de Libreville dans une interview publiée par le journal L’Union le 10 septembre. Selon Rose Christiane Ossouka Raponda, «l’Etat va signer à Rabat un contrat avec une société marocaine qui mènera une étude pour le faire, parce qu’il s’agit d’un secteur stratégique, difficile et sensible».

En dehors du projet de recyclage des ordures, l’édile de Libreville a indiqué que la mairie travaille envisage également, en collaboration avec le ministère de l’Intérieur, de réhabiliter la décharge de Mindoubé et trouver un nouveau site pour une nouvelle décharge publique. Ce nouveau site, a précisé le maire de Libreville «permettrait à Averda de déporter les ordures afin de faciliter l’étude du prestataire marocain» sur le site de l’actuelle décharge.

Mais en attendant l’accomplissement de ces belles promesses, Libreville se fane chaque jour un peu plus, avec la belle «croissance» des ordures.

Auteur : Jean-Thimothé Kanganga