Selon l’Agence nationale des infrastructures numériques et des fréquences (Aninf), le développement de la connectivité internationale du Gabon est passé de 800 à 6400 gigas en trois ans.

© D.R.

 

Bonne performance que vient de réaliser le Gabon en matière de connexion Internet à l’international. Selon l’Agence nationale des infrastructures numériques et des fréquences (Aninf), le développement de la connectivité internationale du pays est passé 800 à 6 400 gigas en trois ans, soit une augmentation de 5 600 gigas.

Cette performance, précise le communiqué de l’Aninf, a été «rendue possible grâce à la migration des équipements et des infrastructures, autrefois connectés au câble sous-marin SAT3, pour s’arrimer au câble ACE (Africa Coast to Europe) rendant les communications internationales du pays fluides».

Le raccordement au câble sous-marin ACE a permis de «combler le manque d’infrastructures haut débit et de réduire les coûts excessivement élevés d’accès à Internet». Le raccordement au câble sous-marin ACE a également «permis aux opérateurs des télécommunications, de télévision et radio ; aux prestataires de services, les opérateurs de téléphonie mobile, les fournisseurs de services à valeur ajoutée, les entreprises des technologies de l’information et de la communication, ainsi qu’à l’administration gabonaise, de disposer d’un accès à Internet libre et équitable», affirme l’Aninf.

Tout ceci a favorisé, précise-t-elle, le «développement de nouveaux services à forte valeur ajoutée et de réduire la facture et la fracture numérique».

Auteur : Jean-Thimothé Kanganga