L’interconnexion entre le Gabon et le Congo dans le cadre du projet Central african backbone (Cab), ouvre des opportunités pour le développement des startups à valeur.

Les ingénieurs gabonais testant la fiabilité et la rapidité du réseau interconnecté entre le
Gabon et le Congo, le 6 avril 2018. © Gabonreview

 

Le Gabon et le Congo ont bouclé le 6 avril dernier la première phase du projet de la dorsale à fibre optique en Afrique centrale, en interconnectant leur réseau terrestre. Le renforcement de l’intégration régionale via la fibre optique devrait contribuer à l’éclosion d’un écosystème approprié pour développement des startups.

Le projet Cab vise en effet à favoriser l’intégration sous régionale et à réduire la facture numérique, grâce à des infrastructures terrestres de haut débit à fibre optique. L’enjeu est d’augmenter la capacité de liaison numérique entre les pays de l’Afrique centrale. Cette infrastructure contribue effectivement à augmenter l’offre Internet dans les pays. La conséquence logique attendue est la baisse des coûts de connexion pour les utilisateurs, mais surtout l’éclosion des entreprises et startups.

En effet, la fibre optique est une infrastructure qui va accroître la couverture géographique des réseaux à bande passante de grande capacité, promouvoir un climat d’investissement compétitif dans les domaines des technologies.

Mais pour y arriver, «il va falloir que le régulateurs des deux pays se mettent en connexion, de sorte que les opérateurs économiques bénéficient des infrastructures mises en place», a déclaré le ministre gabonais de l’Economie numérique, Alain-Claude Billie-By-Nze.

Pour le ministre de la Communication, le gouvernement a joué sa partition. Il appartient maintenant aux autres acteurs de tirer avantage des opportunités offertes par cette infrastructure.